Protégé : Coaching_Alexandra

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

  • Alexandra dit :

    Merci beaucoup pour tous ces commentaires. Je ne trouve pas qu’ils sont durs, ils sont juste.
    pour la netteté, c’est vrai qu’il est très rare que je travaille avec le trépied. J’aime me promener dans la nature et prendre en photo ce que je vois. Le trépied ne me laisse pas assez de liberté, mais il faut que je me force à changer ma méthode.

    Pour la mise au point, j’utilise toujours qu’un seul collimateur et depuis peu, l’autofocus continu. Je vois un léger mieux, mais malgré que j’essaie toujours de faire la mise au point sur l’oeil, il me semble qu’elle se fait à côté. Y a-t-il un truc pour les tout petits oiseaux ? Car quand ils ont une toute petite tête, et surtout si ils sont la couleur de l’environnement, la mise au point à beaucoup de peine à se faire.
    Je vais aussi regarder ce problème de back/front focus, c’est très possible que l’objectif est mal calibré.

    Peux-tu me montrer comment diminuer le bruit numérique au post-traitement ? Il est vrai que j’ai de la peine à l’enlever, et donc j’évitais de monter dans les ISO.

    C’est aussi à cause du problème de luminosité que je fais rarement des photos tôt le matin ou tard le soir. Il me semble toujours que je n’arrive pas à avoir assez de lumière.

    Pour l’instant, je fais de la photo en amateur. M’acheter du matériel très cher n’est pas prévu pour l’instant, peut-être plus tard.

    Aujourd’hui, j’ai lu un peu rapidement ton analyse, je n’ai pas énormément de temps à consacrer à la photo. Je vais m’y remettre dès que j’ai un peu plus de liberté. Mais merci déjà pour tout ce que tu as analysé.

    • Bonsoir Alexandra,

      Le trépied n’est pas forcément une obligation, je travaile quasi exclusivement à main levée aussi. Mais si tu veux vraiment améliorer ta netteté, il faut vraiment augmenter la vitesse d’obturation via les ISO ou l’ouverture, c’est la seule solution.

      C’est bien si tu commences à utiliser le focus continu, il faut continuer dans cette direction, même si ça donne beaucoup de ratés au début.
      Pour les petits oiseaux, tu peux faire la mise au point sur la tête et éventuellement tourner manuellement un tout petit peu la bague de mise au point, soit en avant soi en arrière selon la situation. Cela va permettre de compenser “l’erreur” de MAP de l’objectif. C’est une technique de micro-ajustement que j’utilise de temps quand je sais que mon autofocus n’a pas fait la MAP au bon endroit.

      Pour la couleur de l’oiseau, il faut essayer de viser avec ton collimateur des zones contrastées : des plumes blanches à côté de plumes noires, une tâche de couleur différente, etc… Les collimateurs utilisent ces zones de contraste pour calculer où doit être faite la mise au point.

      Pour les photos le matin et le soir, la solution est de se placer pour avoir la lumière du soleil face à toi. Pas forcément en contre-jour total, mais les rayons du soleil doivent venir dans ta direction. C’est ça qui va te permettre d’augmenter ta vitesse dans ces situations. Si il n’y a pas de soleil et que le ciel est couvert, je ne sors jamais à ces heures-là.

      Je te montrerai comment réduire le bruit numérique sur Lightroom bien évidemment. J’ai pas mal de contretemps avec le coronavirus, je fais donc au plus vite pour ton coaching de retouche, désolé pour le retard.

  • Alexandra dit :

    Bonjour Adrien,

    Un grand merci pour ce coaching développement. Je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à la photo la semaine passée, c’est pour cela que je ne réponds que maintenant.
    Une grande partie du développement, je le connaissais déjà, ayant suivie une formation pour l’utilisation de ligthroom. Par contre, je ne connaissais pas du tout les filtres dans explorateur de profils, c’est très intéressant. Et il est vrai que je ne travaille pas assez avec l’histogramme !
    Je dois encore tester mon appareil avec une mire, mais j’ai une question pour la mise au point. Je travaille toujours avec un seul collimateur que je mets au centre de mon viseur. Malheureusement, j’ai beaucoup de peine à réussir à faire la mise au point sur l’œil de l’oiseau. Quand je vise l’œil, la mise au point se fait facilement sur l’arrière-fond, vu que la tête de l’oiseau est très petite. Je me rends compte qu’instinctivement, je me mets sur le corps de l’oiseau quand je n’arrive pas sur la tête. Y a-t-il un truc (un réglage) que je n’ai pas ? Ou est-ce un problème de matériel ?

    • Bonjour Alexandra,

      Si tu as du mal à faire la mise au point avec un seul collimateur, il faudrait voir pour utiliser un groupe de collimateur et fermer un peu ton diaphragme pour augmenter la profondeur de champ.

      Tu auras ainsi plus de chance d’avoir l’oeil net.

      • Alexandra dit :

        Bonjour Adrien,

        Je ne sais pas si j’ai encore droit à tes précieux conseils, vu que la durée d’un mois est dépassé ?

        Je suis une mauvaise élève, je n’ai pas fait les exercices que tu m’as demandé. Je n’ai pas poursuivi le développement des photos que je t’avais envoyé, tout simplement parce qu’elles ne sont pas aussi nettes que j’aimerais. A voir, elles sont irrécupérable, c’est pourquoi j’ai surtout pris du temps à m’entraîner à mieux faire ma mise au point.

        J’aime beaucoup mes trois dernières photos que j’ai posté sur Instagram (@engruyere). C’est la première fois que j’arrive à photographier un troglodyte mignon avec un résultat qui me parle. Que penses-tu de ces trois photos ? Je peux t’envoyer les 3 photos avant développement, si cela t’intéresse et si j’ai encore droit à tes conseils.

        • Bonjour Alexandra,

          Tes dernières photographies sont effectivement plus esthétiques, tu as simplifié les fonds, la lumière est plus douce. Bravo !

          Tu peux m’envoyer tes 3 photos, par contre je te donnerai un avis écris seulement dessus si ça te va 🙂

          A bientôt

  • >
    Revenir en haut
    0 Partages
    Partagez
    Enregistrer
    Tweetez