Protégé : Coaching Sylvie

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

  • $ dit :

    Bonjour Monsieur,
     
    Merci pour vos avis éclairés.
    Si je ne pars pas sans un appareil photo (fut-ce celui du portable), je ne me balade pas toujours avec le reflex (quand je pars en courses, consultations…) ; mais il n’empêche que l’on peut admirer des “trucs” qu’il plaît d’immortaliser, même avec un appareil de poche.
    Il est vrai que j’aime jouer avec le soleil dès que cela m’est permis. D’ailleurs, j’ai quelques clichés où notre étoile joue, directement ou indirectement, le 1er rôle.
    Comme j’aime à le « dire » si j’aime immortaliser, via la photo, ceci ou cela (faute d’avoir jamais su dessiner), je “me suis faites seule” : j’essaie d’adapter, en fonction des mes échecs/réussite, de ce que j’en comprend du jargon technique des feuillets d’achat et voilà tout. C’est pas toujours simple, loin s’en faut !
    On a beau dire “c’est en forgeant que l’on devient forgeron”, mais sans quelqu’un pour guider votre pratique (du moins au début), on tâtonne et on tente d’avancer en fonction de ce que l’on constate et que l’on peut corriger par soi même ; c’est un peu comme un non alpiniste qui, sans guide, veut s’attaquer, seul, au Mont Blanc !
    Comme déjà écrit, j’adore jouer avec le soleil [comme avec la brume], parfois… et j’ai un certain nombre de vue ou M Soleil a un rôle indéniable…
    Cependant, comme je fais encore beaucoup d’erreurs (cadrage, mise au point…), que je n’ai aucun moyen d’essayer d’améliorer mes vues (elles sont brutes de décoffrage : tel que vu, tel que photographié) alors comment essayer de faire un choix ? En plus, ce qui plaît ne correspond peut être pas aux critères d’une “belle photo”… Sans regard extérieur, comment faire un choix judicieux (d’un point de vue photographique) même parmi un des rares sujets avec lequel je m’en sort à peu près ?
    Voici kyrielle de questions, parmi tant d’autres, qui se posent et nous laissent sur notre faim (pour qui ne peut s’offrir le luxe d’un encadrement « adéquat » ; sauf, peut-être, aux professionnel(le)s…
    Bonne continuation.

  • >
    Revenir en haut
    0 Partages
    Partagez
    Enregistrer
    Tweetez