Trier ses photos : ma méthode pour augmenter mon flux de travail

Retour d’une sortie photo, c’est l’esprit rempli d’images toutes fraîches que vous avalez les quelques kilomètres qui vous séparent encore de votre domicile. De belles photos, vous êtes sûr d’en avoir réussi une bonne quantité cette fois-ci. De quoi bien alimenter votre galerie Flickr ! Mais une fois devant l’écran l’histoire est bien différente : beaucoup de photos floues, des éléments que vous n’aviez pas vus à la prise de vue et qui viennent taper l’incrust’… C’est pas grave, avec un peu de bidouillage les copains n’y verront que du feu ! Puis si j’exporte en petite taille, peut-être que mon orchidée sauvage apparaîtra bien nette à l’écran. Tout ce que je veux c’est montrer mes photos. Quelle belle solution de facilité ! Mais ne vous leurrez pas, si votre objectif est de devenir un jour un bon photographe reconnu pour la qualité de son travail, il n’y a qu’une chose à faire : il va falloir commencer à trier et SELECTIONNER vos photos !

Suivez le guide…

 

Règle numéro 1 pour trier : adieu les photos floues

Et c’est NON NÉGOCIABLE ! Croyez-moi, il n’y rien de pire qu’une belle photo gâchée par une erreur de mise au point ou de flou de mouvement. Alors certes, il existe des moyens de récupérer une photo pour la rendre légèrement plus nette, mais cela se verra quand même. Alors plutôt que de compter sur la technologie, entraînez-vous à maîtriser votre matériel et à bien faire la mise au point. Vos photos n’en seront que meilleures et votre niveau technique augmentera rapidement.

Cette étape permet très souvent de trier et d’éliminer 80% des clichés, surtout en macro, où la zone de netteté est minuscule et les ratés nombreux.

 

jacinthe des bois
Visuellement intéréssante, cette photo souffre néanmoins d’un manque de netteté sur le sujet principal. Pour une diffusion en petit format ça peut passer, mais n’espérez pas tromper votre public sur du plein écran ou en grande impression. Utilisez à fond le zoom sur Lightroom pour vous assurer d’être parfaitement net. Si vous avez un doute : supprimez, c’est qu’elle n’est pas assez nette.

Faire attention à l’exposition

Deuxième critère très important pour moi : l’exposition. La photo est-elle correctement éclairée ?  Y a t’il des zones sur-exposées ? Des zones bouchées ? Encore une fois, même si les logiciels et le format RAW permettent de récupérer beaucoup de détails en post-traitement, ce ne sont pas des outils magiques, et une photo cramée le restera. Il est donc préférable de faire attention à ses réglages lors de la prise de vue que de perdre 20 minutes à retoucher une photo qui ne vaudra pas le coût au final… Le Low-Key et le High-Key, deux techniques dont nous parlerons bientôt, autorisent d’avoir des photos sur-exposées ou sous-exposées volontairement. Mais ces styles photographiques sont à réserver à certaines situations. La plupart du temps, une photo mal exposée devrait finir automatiquement à la poubelle, si votre objectif est de miser sur la qualité plutôt que la quantité.

 

Jacinthe des bois
Sur cette photo les hautes lumières et les blancs ont été diminués au maximum (valeur -100). Une zone cramée restera cramée quoi qu’il arrive. Dommage car elle était intéressante.

Regarder les détails

Arrivés à cette étape, vous devriez vous retrouver maintenant avec une quinzaine de photos dans votre sélection. Il est maintenant temps de rentrer dans le détail et de voir les défauts que vous n’auriez pas remarqués à la prise de vie et qui ne sont généralement pas rattrapables. Composition, règle des tiers, sens de lecture, tâches, éléments parasites… Si certains de ces critères sont rectifiables en retouche, la plupart demeurent éliminatoires. Votre portrait de grande aigrette, aussi joli soit-il, mérite t-il une diffusion si une vilaine branche passe devant l’animal et gâche complètement l’aspect esthétique de la photo ?

De même, n’hésitez pas à supprimer les photos doublons. Vous savez de quoi je parle : il s’agit des photos tirées d’une même série, où juste une touffe de poils de ce magnifique renard a bougé. Inutile d’inonder vos réseaux sociaux de 15 photos quasi-identiques, cela n’intéresse pas les gens qui vont vite se lasser : sélectionnez celle que vous jugez la meilleure, et c’est tout !

 

 heron
La branche est effaçable avec une bonne retouche, mais cela dénaturerait beaucoup trop la photo. Il aurait été plus facile de me déplacer pour ne plus l’avoir dans mon champ de vision.

 

 

Prendre une pause

Les premières sélections, si elles permettent de supprimer une très grande partie des photos, restent des phases longues et fatigantes pour l’oeil. On fait défiler très rapidement des dizaines et des dizaines de clichés, beaucoup se ressemblent, on est très (trop) concentré, on fatigue et il faut faire vite si on ne veut pas y passer la nuit… C’est donc pour toutes ces raisons que je m’autorise toujours une petite pause de 10-15 min avant de me lancer vraiment dans la retouche des meilleures images. Je vais me préparer un bon plat, je vais me promener ou lire un bon roman, peu importe, mais je quitte l’écran le temps de respirer. Une fois mon cerveau reposé, il m’est alors plus facile de prendre du recul et d’avoir un dernier avis critique sur mes photos… 

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Défi 30 jours : vous proposer 30 photos et 30 tutos

C’est donc très souvent lors de cette phase que je mets à l’écart une ou deux photos qui, après réflexion, n’avaient rien à faire dans ma sélection finale, et que je commence réellement à retoucher les photos dignes d’intérêt. 

mug objectif
Servez-vous un bon café en attendant.

 

Être objectif

Et c’est là la partie la plus difficile… En tant que débutant vous voulez montrer toutes vos photos, et c’est normal, je suis passé par là aussi. Quand on commence en photographie la marge de progression est grande, votre niveau augmente rapidement, vos proches (qui n’y connaissent généralement pas grand chose en photo…) vous noient sous les compliments, on vous demande de prendre l’appareil à chaque repas de famille et vous avez l’impression que vos clichés sont dignes de Montier en Der… Hop, hop, hop ! N’est pas Vincent Munier qui veut, revenez par ici… 

Soyez honnête avec vous-même : cette photo est-elle vraiment aussi jolie que vous le pensez, ou bien ne voulez vous juste pas vous avouer que votre image n’a rien de plus que ce que vous faites d’habitude ? En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil autour de vous, mais choisissez uniquement des photographes plus doués que vous  ou des passionnés/connaisseurs de photographie (je vous jure que mamie Josiane n’est pas la mieux qualifiée pour critiquer votre travail….). Si ils sont suffisamment honnêtes avec vous ils sauront cibler vos défauts et vous progresserez rapidement. 

N’oubliez pas ceci : si vous vous retrouvez avec plus de 10 photos à la fin de vos retouches, c’est que vous n’êtes pas assez exigeant avec vous-même !

 

Héron

 

Le mot de la fin

Avec un peu d’habitude vous apprendrez à repérer rapidement les photos qui sortent du lot, celles qui plaisent et celles qui font un bide. Devenir exigeant n’est pas un défaut, mais une qualité !

Prendre du recul sur mes photographies aura été, à titre personnel, une très grande source de frustration au début, car c’est très dur pour le moral de revenir d’une séance photo avec rien d’exploitable… mais c’est une étape importante et indispensable pour progresser. 

Alors, bien évidemment, je ne dis pas que chaque photo que je publie maintenant est digne des plus grands photographes, loin de moi l’idée de me prendre trop au sérieux, mais quand je regarde la quantité de photos que je publiais à mes débuts sur Flickr et où je ne filtrais pas mes photos… la différence est assez flagrante ! Alors certes aujourd’hui je diffuse moins de choses, je reçois moins souvent de compliments, c’est un peu frustrant, mais je suis vraiment fier de moi quand une photo (me) plaît vraiment !

 

photo heron

 


 

J’espère que cet article vous aura plu et que vous y aurez appris plein de choses pour mieux trier vos photos. J’ai pris volontairement un ton un peu moqueur afin de vous faire prendre conscience qu’il est important d’être honnête vis-à-vis de son travail. Bien évidemment, ne prenez pas tout au pied de la lettre, surtout si vous débutez, sinon vous allez rapidement vous décourager. Le but n’est pas d’être trop sévère avec vous-mêmes non plus. Partagez régulièrement les photos que vous aimez, amusez-vous et surtout prenez du plaisir, le reste viendra tout seul !

Pour finir, je vous invite à regarder cette vidéo où je reprends, dans un cas concret, tout le processus que je viens de décrire. Dans ce nouvel épisode je sélectionne et trie mes photos suite à une sortie en forêt pour photographier des jacinthes des bois. Ou comment passer de 90 photos prises à… deux retouchées !