Interview de Joël Brunet, photographe animalier professionnel

“Au naturel” est une série d’interviews de photographes confirmés et reconnus. C’est aussi l’occasion de découvrir des pratiques, des univers et des personnalités incroyables. Dans ces entretiens, les photographes nous parlent avec passion de leur démarche, sans artifices, ni non-dits : au naturel. Aujourd'hui, j'ai la chance et l'honneur d'accueillir l'excellent Joël Brunet, photographe animalier professionnel reconnu et apprécié de l'ensemble de la communauté.

Interview Joël Brunet

Interview de JOël BRUNET

La sortie de son livre "Un monde sous nos yeux"

Adrien Coquelle

Bonjour Joël et merci d’avoir accepté cette interview. Je t’ai contacté pour la sortie de ton nouveau livre "Un monde sous nos yeux", dont les préventes débuteront le 6 février, et pour une sortie au début de l’automne 2020. Peux-tu nous parler de ce nouveau projet ?

Portrait Joël Brunet

Je parcours la nature avec mon appareil photo depuis bientôt 30 années et je ne me lasse pas d'être émerveillé par mes observations.


Voilà plus de 10 années que je découvre jour après jour les montagnes du Jura et plus exactement le sud du massif, dans le Bugey (dans le département de l'Ain).

Très attaché à ma nouvelle région, j'apprécie particulièrement sa biodiversité exceptionnelle, ses paysages variés et sa nature encore sauvage, bien mieux préservée qu'en plus basse altitude.

Joël Brunet, livre "un monde sous nos yeux"

Nous vivons dans un monde en pleine évolution, nos paysages sont transformés et soumis à une pression où seul le profit compte, et c'est la nature qui en paye le prix fort.

Les haies, les vieux arbres, les prairies disparaissent et entraînent avec eux la disparition de nombreuses espèces comme les oiseaux, les fleurs, les insectes etc...

Dans trop d’endroits, les biotopes sont détruits au profit d’une agriculture intensive.

J’aime cette nature de proximité, la nôtre, celle qui est sur le pas de notre porte, proche de nos villages. Je continue à croire qu’il faut la montrer pour la faire connaître et la faire aimer…

J’aimerais que cet ouvrage soit un témoignage, afin que les régions comme le Bugey restent ce qu’elles sont et que l’on prenne conscience de la chance que nous avons de vivre ici, et comme je l’ai fait, que vous puissiez transmettre à vos enfants l’amour de la nature, de votre nature.


Bugey Sauvage, Joël Brunet

"Bugey Sauvage", le premier livre de Joël Brunet.

Ce livre est donc ton deuxième ouvrage, après « Bugey Sauvage », sorti en 2018. Etait-ce difficile de trouver un axe différent du premier ou bien cela s’est naturellement imposé à toi ? Comment se forme l’idée d’un nouveau livre ?

Le plus dur a été de choisir une image pour la couverture qui pouvait être aussi forte que celle de mon premier livre.

La photo de grives que j'ai utilisée pour mon premier ouvrage a été plébiscitée par le public et aussi dans plusieurs concours photos et elle a notamment eu un impact très fort sur la réussite de cette première édition.

Un jour, en triant mes images, mon regard s'est arrêté sur ce renard et, du blanc, je suis passé aux couleurs flamboyantes du matin ! 

Joël Brunet, couverture du livre "Un monde sous nos yeux"

Pour ce qui est du contenu, c'est bien sûr une continuité de mon travail sur ma région, avec un travail sur la lumière et les ambiances.

Mais c'est aussi une prise de conscience sur l'urgence de faire changer les mentalités et essayer de sensibiliser, s'il est encore temps 

J’ai d’ailleurs prêté ma plume à différentes personnes pour qu’elles parlent de cette urgence de faire bouger les choses...

NB : ce deuxième livre sera notamment préfacé par le réalisateur Luc Jacquet, auteur du film La marche de l'Empereur.


SES Rencontres avec le lynx

Beaucoup de passionnés attendent ce nouveau livre, car tu y dévoileras notamment des photos exclusives de lynx, un animal emblématique si difficile à photographier et que beaucoup de photographes passent des années entières sans le voir.


Peux-tu nous raconter comment s’est passée cette rencontre ? Est-ce que tu as fait beaucoup de repérages en amont pour le trouver ?

Le lynx est un animal un peu mythique c'est vrai, il fait fantasmer beaucoup de passionnés de nature et moi y compris bien entendu !

Personnellement, je ne cours pas après le lynx, car je n’ai pas assez de temps et c'est un investissement complet que de vouloir suivre ce fantôme, et je n’ai pas la prétention de bien connaître ce grand félin.

Bien sûr, je le cherche du regard à chaque instant et je scrute les indices qu'il pourrait laisser ici et là, mais je fais plutôt confiance au destin.

Lynx Joël Brunet

© Joël Brunet

Et il m'a d'ailleurs souri l'année dernière, en Mars et malgré les centaines d'heures passées sur le terrain, cela faisait 3 années que je ne l'avais pas vu.

Cette rencontre fut un grand moment dans ma vie d'amoureux de la nature !

La première fois a été furtive, avec l'observation de deux jeunes lynx et de leur mère. Puis 25 jours plus tard, quelque part dans le massif du Bugey, après seulement 4 minutes d'attente et alors que j'étais à plat ventre le long d'une lisière, un lynx est sorti de la forêt et est venu droit sur nous.

Je dis nous car deux personnes m'accompagnaient ce jour-là, comme lors de ma première rencontre, dans le cadre d'un stage.

Ce fut bien évidemment un moment de partage exceptionnel, qui s'est poursuivi 5 jours durant en compagnie de cette petite famille.

Je mesure complètement la chance que nous avons eue et aussi la fragilité de cet instant, tellement cette espèce est menacée actuellement par des actes de braconnages ignobles !

© Joël Brunet


Son expérience de photographe animalier : la protection de la nature et les sorties sur le terrain

Tu participes à beaucoup d’évènements (conférences, festivals, etc…), notamment pour sensibiliser la population et défendre la cause animale, un combat qui te tient particulièrement à cœur. As-tu senti un changement dans la mentalité des gens au cours de toutes ces années passées sur le terrain ?

C'est difficile de répondre à cette question, car généralement, comme dans des discours politiques, j'interviens devant un public qui défend déjà cette cause animale.

Il est donc difficile de mesurer cela, part contre nous voyons par les réseaux sociaux l'investissement du public pour la sauvegarde de la planète et la défense de la nature.

Mais cela sera-t-il suffisant ?


Ton sujet fétiche est le chat sauvage, auquel tu as d’ailleurs consacré un film de 52 min,

«De Griffes et de Crocs​​​». Qu’est-ce qui te passionne autant chez cet animal que tu photographies depuis très longtemps ?

Les chats domestiques ont toujours été présents dans ma vie depuis mon plus jeune âge.

J'aime les chats, je trouve que cet animal indépendant a une vraie personnalité et chaque chat est différent et surprenant.

Cet animal donne beaucoup d'amour à la personne qui saura l'aimer en retour. Je pense que ce rapport avec notre félin domestique a beaucoup joué dans cette passion pour le chat sauvage.

© Joël Brunet

J'ai commencé à suivre ce petit carnivore en Lorraine et puis ce fut vite une addiction : comprendre pourquoi ? Découvrir comment ! Être émerveillé, déçu, frustré...

Voilà ce qui m'a poussé à mieux connaître ce prédateur sauvage.

Je me sens privilégié d'avoir pu voir ce que j'ai vu et la vocation de ce film a été pour moi un partage pour le public, afin d'avoir une meilleure connaissance et une meilleure protection de son biotope, qui actuellement est massacré au profit d’une agriculture intensive .


Mais pour te suivre sur les réseaux sociaux, je suis également particulièrement frappé par la diversité et la quantité de clichés que tu produis : comment fais-tu pour voir autant d’animaux, dans autant de situations différentes ?


Ton temps passé sur le terrain doit être impressionnant ! Combien de temps y consacres-tu par semaine ?

Je passe effectivement beaucoup de temps sur le terrain par mon travail.

Je sors toute l'année, jusqu'à l'automne où je me consacre généralement aux festivals et aussi pour fuir les coups de feu...

© Joël Brunet

Avec en moyenne 300 heures de terrain par mois, je vois très souvent le soleil se coucher et se lever et forcément cette présence sur le terrain favorise ces rencontres sauvages, c'est mathématique.

Après la connaissance du terrain, l’imprégnation quotidienne fait que l'on sait tout ce qui se passe et que l'on connaît les habitudes de chacun.

C'est un peu comme un grand livre qui s'écrit jour après jour, lunes après lunes, et on se rend compte qu'en fait, c'est la nature qui décide et qu'on ne sait rien...


© Joël Brunet

On y retrouve d’ailleurs de temps en temps des macrophotographies et des photos de paysages, mais j’ai l’impression que cela reste minime dans ta production globale : est-ce des domaines qui t’intéressent moins ou est-ce un choix de te consacrer principalement à la photo animalière ?

J'aime tout dans la nature !

Pour ce qui est de la photographie, ce qui me guide c'est la lumière et peu importe le sujet. Alors je photographie les fleurs quand l'ambiance me plaît, des paysages de brume, des animaux...

Mais je ne fais pas de "macro", du "paysage", ou de "l’animalier"... Je fais des photos ! 

Et peu importe le sujet, car je n’ai qu’une chose en tête : retranscrire un instant, une émotion, quelque chose qui me semble beau et faire des images qui racontent une histoire.

© Joël Brunet


Le matériel photo de Joël Brunet

Tes photos sont la preuve que le matériel ne fait pas le photographe, puisqu’il me semble que tu utilises principalement un Sigma 120-300mm f/2.8, là où la grande majorité des photographes animaliers vont utiliser des focales fixes de 500 ou 600mm.


Comment arrives-tu à obtenir de telles proximités avec cette focale assez « courte » et quel est ton avis sur le matériel en photographie animalière ?

En règle générale, même s'il faut un minimum de matériel, j'essaie d'expliquer aux personnes qui m'interrogent à ce sujet que ce n'est pas ce qui fait le photographe.

Bien sûr, une bonne focale de qualité est nécessaire pour obtenir des images bien piquées et un boîtier rapide et précis sera utile dans beaucoup de circonstances.

Sigma 120-300mm

Le matériel que j'utilise n'est, c'est vrai, pas très conventionnel, comparé à celui de mes collègues photographes, mais j'ai fait ce choix pour plusieurs raisons.

La première a été bien sûr financière et puis, à force d'utiliser ce 120-300mm Sigma, je lui ai trouvé une très grande polyvalence. Il demande à être bien apprivoisé mais devient vite indispensable.

J’ai toujours eu auparavant des focales fixes et j'ai pu enfin pleinement m'exprimer avec ce zoom et être beaucoup plus créatif dans ma façon de photographier la nature.

© Joël Brunet

Question boîtier, je n'ai jamais fait la course aux pixels et je me dis qu'une mauvaise image sera toujours mauvaise, même à 50 millions de pixels.

Pour preuve, je continue à vendre et exposer des images faîtes avec un Canon 350D qui n'avait que 8 millions de pixels et pas une personne n'a fait la différence avec les autres images.

Je choisis toujours un boîtier pour son déclenchement silencieux et du coup voilà comment on peut avoir de la proximité avec un 300mm.

Bien sûr il faut également une parfaite connaissance de l'animal et savoir voir sans être vu !


Le bugey et ses projets

La très grande majorité de tes photos sont prises dans le Bugey, une région qui te tient particulièrement à cœur, mais est-ce que tu prends le temps d’explorer d’autres régions ou pays à la recherche de sujets plus « exotiques » ?


Je sais que tu es notamment guide accompagnateur pour le site Amorak, Esprit nature, qui propose beaucoup de voyages photo à l’étranger.

On essaie actuellement de sauver des animaux qui vivent à des milliers de kilomètres de chez nous.

Je trouve cela extrêmement important, car toute la nature doit être protégée, mais il ne faut pas oublier notre nature, celle qui est tellement proche et banale qu'on ne la regarde même plus.

On veut du gros, du lourd, du rare, du sensationnel, ... C’est superbe et j'aime ça aussi ! 

© Joël Brunet

Photographier les ours en Alaska a été une expérience inoubliable et j'ai adoré voir ces animaux qui dégagent une force incroyable, mais nos renards, nos blaireaux qui se font piéger et déterrer, nos prairies qui disparaîssent sous des tonnes de maïs et de colza, emportant avec eux toute la biodiversité, nos oiseaux empoisonnés par les pesticides. Qui s'en occupe ?

Alors oui, j'aime la France, le Jura, le Bugey, j'aime découvrir cette nature à côté de chez moi et je veux continuer à la montrer et à la faire connaître pour qu'on l’aide !


Tu proposes également des stages photos sur ton site internet, alors pour ceux qui auraient envie de se former à tes côtés, peux-tu nous dire comment se déroule une journée de stage avec toi ?

Oui effectivement, je propose des stages photos et j'essaie d'apprendre aux personnes qui viennent me voir ce que je sais.

Ce n’est pas grand chose mais je le fais avec tout mon cœur.

J’initie les stagiaires à l'humilité, le respect et la connaissance, les bases indispensables pour pouvoir faire de bonnes photographies.

© Joël Brunet


As-tu déjà d’autres projets en préparation ou est-ce encore trop tôt pour le moment ?

Un projet après l'autre, donc non pour l'instant.

Je vais déjà essayer de mener celui-ci et on verra dans 2 ou 3 ans.


© Joël Brunet

Pour finir, tu es photographe animalier depuis plus de 30 ans : quel(s) conseil(s) donnerais-tu au Joël de l’époque qui a pris pour la première fois un appareil photo dans ses mains ?

D’arrêter de vouloir tout faire tout de suite, d'arrêter de regarder ce que fait le voisin et de l’envier, d’arrêter de ne plus savoir où aller et quoi faire demain matin pour réussir à tout prix l'image du siècle...

Je lui dirais, calme-toi, ne court pas, prend ton temps, apprend, regarde, écoute et sens cette odeur de mousse et de résine.

Profite de chaque instant qui t'ai donné pour faire le bien autour de toi.

Portrait Joël Brunet large

Conclusion sur l'interview de joël Brunet

Encore une fois, merci beaucoup à Joël pour cette très belle interview, pleine d'enseignements, de partages et de passion.

Accueillir sur Pose Nature un photographe d'une telle renommée et que j'apprécie autant est pour moi un véritable honneur et une immense chance.

N'hésitez pas à précommander son livre en cliquant ici pour soutenir son magnifique travail et à partager l'article sur les réseaux sociaux pour en faire profiter vos amis.

Bonne photos à tous !

Signature Adrien C

Votez pour cet article :

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (24 votes, moyenne : 4,75 / 5)
Loading...

Bugey Sauvage, un monde sous nos yeux

Un monde sous nos yeux - Joël Brunet

"Un livre au service de la nature, avec des images inédites, des histoires de félins gros et petits, de superbes rencontres sauvages et des lumières particulières."

Suivre Joël Brunet sur internet :


Interview Joël Brunet

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !


  • loïc dit :

    Merci Adrien et Joël pour cette interview tout en humilité. Joël est bourré de talent et j’aime son état d’esprit, sa façon d’appréhender la photo de nature.
    Ses images sont superbes et décrivent très bien la richesse, la rareté, la beauté de sa région.

  • Viviane dit :

    Merci beaucoup Joel pour me faire découvrir le Pays de mes ancêtres paternels que j’ai à peine traversée et qui me reste à découvrir… je partage avec tout mon cœur votre manière de voir la Nature dans son état sauvage depuis les Poconos Mountains en Pennsylvanie où il y aurait également encore des lynx.

  • >
    464 Partages
    Partagez464
    Enregistrer
    Tweetez