Guide des oiseaux de France, éditions Belin

Aujourd’hui sur le blog, nous inaugurons une nouvelle série d’articles au sujet un peu particulier : les livres ! Car c’est là notre seconde passion, sur Pose Nature. Si nous passons en effet le plus clair de notre temps à gambader dans les prés à photographier fleurs, bêtes à poils et bestioles à antennes, il n’en demeure pas moins que nous sommes tout de même capables, de temps à autres, de nous accorder des instants cocooning loin des averses, des bourrasques de vent, des trous d’eau intempestifs et des ronces facétieuses… Et dans ces moments-là, quoi de mieux qu’un thé fumant accompagné d’une lecture consacrée à la nature, à son observation, à sa protection ou plus simplement à la photographie ? Pour ce premier volet, nous allons vous présenter un guide sur les oiseaux pour lequel nous avons eu un véritable coup de cœur…

 

Un guide qui a tout pour plaire

 

544 pages de bonheur sur les oiseaux

C’est d’abord l’introduction à ce petit ouvrage qui m’a interpellée lors de ma première lecture. Une double-page blanche et bleue, les couleurs bien connues de la Ligue de la Protection des Oiseaux. Ce guide ornithologique, rédigé par le trio Jérôme Morin, Gérard Guillot et Julien Norwood a en effet reçu l’approbation comme le soutien de la fameuse association qui, depuis 1912, lutte activement pour la protection des oiseaux de France et de Navarre.

Un texte concis rédigé par Allain Bougrain-Dubourg (Président de la LPO), mais élogieux, qui nous donne envie d’avaler les pages de ce guide très abordable : un peu moins de 30 euros. Pour cinq cent quarante-quatre pages aussi précises que claires, le lecteur en a indéniablement pour son argent. L’exploration du guide débute ainsi sous les meilleurs hospices et cette impression positive ne fera que s’amplifier au fur et à mesure que l’on tourne les pages avec toujours plus de hâte.

 

Guide ornitho
Le guide est divisé en diverses grandes familles d’oiseaux.

 

Complet et précis

La première partie du guide « Les oiseaux de France », paru en 2013 aux éditions Belin, se consacre à un propos généraliste sur le vaste monde des oiseaux. Car avant d’entrer dans les détails de chaque espèce que l’on peut rencontrer au cœur du bouquin, il convient de se rafraîchir la mémoire et surtout de revoir ses classiques. De fait, quelques notions d’ornithologie et de biologie ne font pas de mal ! À l’aide des délicates illustrations réalisées du bout du pinceau de Julien Norwood (l’artiste travaille en particulier pour le Muséum National d’Histoire Naturelle, sacré pedigree !), je me suis sentie véritablement immergée dans cette sphère animale délicate, faite de légèreté, de plumes et d’agilité.

Grâce à des paragraphes explicatifs détaillés mais sans oublier la pédagogie, ainsi que des fléchages explicites, le lecteur découvre l’anatomie de l’oiseau. Son ossature creuse qui lui permet d’être très léger, le nom des différentes plumes selon leur emplacement sur le corps, certaines capacités hors-norme (vitesse en piqué, envergure, capacité de rester en apnée de longues minutes, poids exceptionnel…) Ou comment glaner une connaissance d’emblée plutôt solide en ornithologie sans encore être entré dans les détails !

 

Guide ornitho
Deux fiches sur deux cygnes différents.

 

En sus, des anecdotes et capacités impressionnantes sont explicitées çà et là, les historiettes relançant notre attention et forçant notre admiration. On apprend ainsi que le tambourinement d’un pic contre le bois d’un arbre mort peut s’entendre jusqu’à un kilomètre à la ronde, ou encore que l’oiseau le plus lourd de France est le cygne tuberculé, pouvant peser jusqu’à 25 kilos ! Sacré bébé…

 

Fiches techniques

La mise en bouche dégustée, il est temps de passer au cœur du sujet et de se plonger pour de bon dans ce monde de plumes et de grâce. Le guide se subdivise à compter de cette étape en différents « types » d’oiseaux : canard, échassier, mouette, passereaux à bec court, rapace, gallinacé… Autant d’ordres qui permettent de classer les espèces en diverses grandes familles qui partagent un grand nombre de caractéristiques communes et qui apportent une aide précieuse à leur identification.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Les meilleurs concours photo 2019 – La liste complète

Il ne reste plus qu’à parcourir chaque fiche consacrée à une espèce spécifique, présente en France donc, soit de façon permanente ou alors seulement temporaire. En ce qui concerne les espèces dites « occasionnelles » (c’est-à-dire très rares, mais tout de même observées de temps en temps au cours des dernières décennies), un certain nombre de pages leur est consacré en fin de livre.

 

Guide ornitho
Le quatrième de couverture.

 

Leurs fiches seront en toute logique moins détaillées mais demeurent tout de même une invitation : si jamais en bon amateur de la faune que vous êtes, vous croisez la route de ces espèces rarissimes sur le sol français, n’hésitez pas à prendre contact avec la LPO qui se fera une joie de discuter avec vous de votre observation, avant de l’enregistrer dans ses données !

 

Ne plus se tromper

Mais ces fameuses fiches ornithologiques, comment sont-elles conçues précisément ? Pour ma part, je les ai trouvées véritablement claires, concises et précises à la fois, livrant toutes les informations nécessaires à l’identification des oiseaux et même un peu plus… D’abord, premier excellent bon point : les illustrations de ces fiches sont toutes fondées sur des photographies et non des dessins, comme on en trouve dans la majorité des guides naturalistes. Car loin de moi l’envie de remettre en cause le talent des illustrateurs qui travaillent pour ces guides, mais une photographie sera toujours plus parlante de sorte à reconnaître un individu dans la nature.

 

Guide ornitho
Deux oies précisément décrites.

 

Les postures des oiseaux sont d’ailleurs variées : au repos, couchés, au décollage, en vol… Certains clichés permettent de prendre la mesure de la diversité des plumages, la complexité des ailes, les détails d’un bec… Autant d’informations précieuses pour identifier nos bêtes préférées. Ajoutez à cela que ces mêmes photographies sont toutes fléchées, attirant le regard du lecteur sur une caractéristique spécifique à l’animal mis en avant et vous vous retrouvez ainsi avec tous les outils en main pour réussir vos observations et ne plus vous tromper !

Près de six cents espèces sont ainsi répertoriées visuellement, pour notre plus grand bonheur. Quant aux textes accompagnant les photographies, ils reviennent sur ses caractéristiques physiques, son aire de répartition, sa période de présence sur le sol français, sa nidification, son régime alimentaire, les espèces avec lesquelles on peut potentiellement confondre le sujet et enfin, un rapide descriptif du chant de l’oiseau.

 

Chants

Grèbe à cou noir
Un couple de grèbes à cou noir, identifiées grâce au guide !

 

On en arrive ainsi à un point tout particulièrement agréable du guide : les QR Codes. Vous connaissez forcément ces petites grilles de pointillés noirs et blancs qu’il convient de passer sous l’appareil photo de votre téléphone portable pour déclencher une vidéo, l’affichage d’une photo ou le lancement d’une page web.

Et bien le guide édité par la maison Belin a décidé d’utiliser cette technologie bien pratique pour livrer une banque de sons aux acheteurs du bouquin ! Ainsi, la fiche de l’oiseau est complète : nous pouvons nous délecter de ses différents chants via des enregistrements qui se lancent directement sur le portable. Certains photographes animaliers pourront peut-être utiliser cet outil pour se livrer à des séances de repasse, mais nous reviendrons bientôt sur ce sujet dans un nouvel article.

Tout cela pour dire que sur Pose Nature, nous sommes ravis de notre achat ! Nous recommandons chaudement ce petit guide qui tient facilement dans un sac à dos pour mieux connaître les espèces qui évoluent autour de nous, rares comme communes, pour enrichir vos sorties photos et ornitho !

 

L’acheter sur Amazon

  • zejmic dit :

    Bonjour

    Merci pour ce conseil d’achat qui m’est bien utile pour moi qui débute.
    Personnellement, pour bien identifier une espèce que je ne connais pas, j’aime bien avoir à la fois des photos d’oiseaux comme dans cet ouvrage, car le rendu des couleurs est plus précis, mais aussi des dessins représentant les oiseaux dans des poses différentes (en vol en particulier) ou bien les écarts de sous-espèces ou selon l’age, et je trouve donc les deux types de guides complémentaires.
    En bref, abondance de biens ne nuit pas !
    Je n’ai pas encore testé la lecture des QR-codes… Je regarde cela cet après-midi . C’est beau la technologie.