Drink station : comment photographier les oiseaux de très près

Si je traduis, “drink station” signifie littéralement  en français “station à boire”. Une drink station est tout simplement un bassin où les oiseaux, mais aussi d’autres animaux comme de petits mammifères ou même des insectes, peuvent venir boire et se baigner. Les propriétaires de jardin ou de balcon pensent souvent à nourrir les oiseaux quand il neige ou qu’il gèle, mais ils oublient ou négligent souvent un point important : les oiseaux ont besoin d’eau toute l’année, surtout si il fait chaud ou si il gèle, pour boire et nettoyer leurs plumes. En effet, je vous laisse imaginer leurs difficultés à trouver des points d’eau dans les zones urbaines ou de cultures intensives, surtout en période d’élevage des petits…

NB: Ce dossier est un article d’Olivier Henrion, que vous avez déjà eu l’occasion de lire sur Pose Nature dans un article dédié à l’utilisation des objectifs anciens M-42. C’est donc lui qui a prit le clavier pour vous parler de sa passion pour la drink station.

drink station

COMMENT CONSTRUIRE UNE DRINK STATION

Imaginez-vous confortablement installé dans un affût fabriqué par vos soins, dans votre jardin ou en bordure de forêt, à seulement quelques mètres des oiseaux. Le bonheur de voir évoluer ainsi nos amis ailés, la sensation d’être dans l’intimité des oiseaux, sans se faire voir… et bien tout cela est possible avec un peu d’huile de coude et moins d’une centaine d’euros.

Ma drink-station est construite exclusivement avec des palettes de récupération et mesure environ 3 mètres de long pour 1,5 mètre de large. Sa longueur est avant tout dictée par la ou les focale(s) utilisée(s). Plus votre focale sera courte et plus votre drink station devra être courte et inversement. En effet, dans la grande majorité des cas, les oiseaux auront tendance à venir se poser au bout du bassin, je vous conseille donc d’anticiper cette donnée à l’avance et de faire des essais avec votre matériel photo avant la construction.

 

drink station tuto

La profondeur du bassin est de l’ordre de 10 cm sur toute la surface, ce qui correspond environ à l’épaisseur d’une palette. Il n’y a pas besoin de plus, car les oiseaux ont toujours besoin d’avoir pied, sinon ils ne pourront pas venir se poser. Je vous conseille d’ailleurs de créer des petites plages en pente douce, en rajoutant du sable par exemple (photo du Chardonneret ci-dessous). Ceci permettra à vos petits amis de s’avancer doucement dans l’eau et vous pourrez ainsi obtenir de magnifiques reflets, à la limite du miroir.

En ce qui concerne l’étanchéité du bassin, une simple bâche épaisse en plastique achetée en magasin de bricolage fera parfaitement l’affaire, du moment qu’elle soit assez résistante pour supporter le poids de l’eau.

Chardonneret élégant
Chardonneret élégant – Canon EOS 6DII – 2500 ISO – 1/400e – 420 mm – f/5.6

 

COMMENT POSITIONNER AU MIEUX LA DRINK STATION

Quant à l’affût d’observation, il est construit sur les mêmes bases, avec des palettes de récupération, une bâche et des filets de camouflage. Comme vous le voyez sur la photo ci-dessous de mon affût, je n’ai pour l’instant pas de vitre sans tain. Personnellement, je trouve qu’il y a une légère perte de piqué et de luminosité avec ces vitres, mais il faut avouer que pour le bruit et l’observation, c’est vraiment l’idéal. Actuellement, je suis camouflé simplement derrière deux couches de filets trouvés chez Decathlon pour quelques dizaines d’euros.

Une chose importante à prendre en compte lors de la construction de votre drink station est de ne pas négliger sa position et son orientation. En effet, pensez avant tout à la lumière et à la position du soleil tout au long de la journée, pour pouvoir en profiter un maximum et obtenir de beaux clichés.

Il existe de nombreuses applications pour vous aider à connaître la trajectoire du soleil pendant la journée, en voici trois :

Drink station

 

Mais le point le plus important est votre arrière-plan (ou bokeh). Il est même l’élément capital pour la réussite de vos clichés. A ce sujet, vous trouverez un certain nombre d’informations dans l’article suivant : Profondeur de champ – comment obtenir de beaux bokeh. N’hésitez donc pas à faire des essais avant l’installation, en vous positionnant à l’endroit estimé de l’affût et en regardant les éléments intéressants ou non qui apparaîtront dans le cadre.

En effet, cela ne sert à rien d’avoir le meilleur reflex et de bien composer votre image si votre arrière-plan est brouillon ou trop présent. Une image sera plus agréable et créative avec un beau flou d’arrière-plan qui sublimera parfaitement votre sujet.

Pinson des arbres
Pinson des arbres – Canon EOS 6DII – 1600 ISO – 1/400e – 420 mm – f/5.6

A ce sujet, voici une règle essentielle à suivre : votre sujet doit être à la même hauteur que l’appareil. En effet, si le sujet est plus haut que vous, vous allez viser le ciel et le résultat ne sera pas très beau. De même, si vous êtes en plongée, le sujet sera comme “écrasé”.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  7 astuces photo pour bien commencer sa session en animalier

Sur la photo ci-dessus, la distance entre le pinson et l’arrière-plan est très grande (plus de 20 m), ce qui m’a permis de bien flouter l’arrière-plan et ainsi le rendre plus joli et bien dilué, comme je l’aime. Évitez d’inclure dans votre arrière-plan des objets (toits, maisons,…) ou des formes (branches, arbres, …) trop contrastés par rapport au reste, car cela risque de créer des éléments peu esthétiques sur vos photos.

Je parle beaucoup de l’arrière-plan, mais n’oubliez pas non plus l’avant-plan, qui est tout aussi important. Pour cela, amusez-vous en créant des mini-décors au bord de votre drink station, placez de la mousse ou de l’herbe en premier plan, jouez sur la perspective… Les seules limites qui existent sont votre imagination et votre créativité. Jouez également avec les couleurs complémentaires ou, au contraire, misez sur le ton sur ton.

Pour terminer, rappelez-vous que le jaune et encore plus le rouge attirent immédiatement l’œil.

 


LA SANTE DES OISEAUX AVANT TOUT

Et la prise de vue dans tout ça ? L’idée, vous l’aurez compris, est de guider les oiseaux vers la zone désirée. Pour cela, disposez de la nourriture à certains endroits stratégiques, sans qu’elle ne soit visible sur la photo, le but étant de rendre tout cela très naturel.

Grâce à cette proximité, vous n’avez pas besoin d’avoir une très longue focale pour profiter de votre dispositif. Personnellement, j’utilise mon «couteau suisse», le fameux 300 f/4 L IS USM couplé avec mon Canon 550D et mon 70D. Je profite également depuis peu de mon nouveau boîtier, le Canon 6D II, un plein format qui gère très bien la montée en ISO, sur lequel j’ajoute le plus souvent un multiplicateur 1,4 x. 

Drink Station

La Ligue de Protection des Oiseaux préconise un nourrissage seulement durant la mauvaise saison, en période de froid prolongé. Le nourrissage peut globalement être pratiqué de mi-novembre à fin mars. Il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux au printemps et en été, car beaucoup d’entre eux deviennent insectivores à cette saison et cela peut créer une relation de dépendance vis-à-vis des jeunes oiseaux de l’année, qui doivent absolument apprendre à se nourrir par eux-mêmes.

L’hiver est une période critique pour les oiseaux. Plus que le froid, c’est la faim qui représente une menace. En effet, pour affronter les rigueurs de l’hiver, ils ont besoin de davantage de nourriture, carburant nécessaire pour conserver la chaleur de leur corps. La gelée, la glace et la neige les empêchent souvent d’atteindre le sol ou l’eau, il est donc important de les aider en installant des mangeoires et des abreuvoirs.

Ne négligez pas non plus l’hygiène du bassin ! Il ne s’agit pas de contaminer nos amis avec de l’eau souillée, alors pensez à la changer régulièrement.

 

Olivier Henrion
Olivier en pleine action, camouflé dans son affût

Lorsque vous aurez terminé la construction de votre drink station, il ne vous restera plus qu’à patienter confortablement installé. L’attente ne dure généralement pas très longtemps. Dès que j’arrive sur le site, les premiers invités débarquent au bout de 5 minutes. Ce procédé permet de voir une très grande variété d’oiseaux et il n’est pas rare pour moi d’observer à chaque session une quinzaine d’espèces.

Bref, c’est vraiment génial de pouvoir observer et photographier des oiseaux dans ces conditions… un pur bonheur, croyez-moi !

Pour terminer, voici encore quelques photos pour vous donner une idée du décor et de la diversité des oiseaux observables.

 

[ngg_images source=”galleries” container_ids=”15″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]


Olivier-Henrion-150x150Olivier HENRION

La photographie à la drink station, en période hivernale, me permet de retrouver mes amis ailés, ma première passion. En effet, je suis un amateur de photographie Nature depuis mon plus jeune âge. Même si j’ai commencé la photographie au temps de l’argentique, mon véritable début date de 2013, avec l’acquisition d’un boîtier reflex Canon 550D et d’un 18-270 mm de chez Tamron.

Au début, mes images avaient une vision très naturaliste, mais depuis 2015 une évolution plus artistique s’opère. La photographie devient alors une réelle obsession. Je regarde les choses différemment pour composer, chercher l’ambiance et la magie de l’instant. Aujourd’hui, je me suis tourné vers la proxiphotographie, un autre monde que je vous invite à découvrir sur mes différentes pages.

  • humbert dit :

    super c’est vraiment tentant. comment fais tu pour changer l’eau?

  • Sylvain dit :

    Très bel article, je l’ai beaucoup aimé.
    Combien de temps a t’il fallu pour que le premier oiseau vienne dans votre station ?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement
    Sylvain

  • donlope dit :

    Merci pour les indications, c’est vraiment quelque chose que j’aimerais mettre en pratique, mais c’est plutôt l’endroit qui me manque. Je vois bien un petit bois prêt de chez moi, mais étant donné qu’il est privé, faut que je trouve le proprio 🙂
    En tout cas, je garde ça de côté au cas où!

  • Olivier GUTFREUND dit :

    Un super article d’un photographe de talent !

  • jean-pierre tinet dit :

    Et bien promis, mais il va falloir être un petit peu patient.
    Ce qui va me prendre le plus de temps, je pense, c’est un gros travail de débroussaillage que j’ai attaqué en plus sous un temps de chien.
    Ce terrain est vraiment fermé (ronces; ligneux;…).
    Il faut donc que je l’aère pour qu”il retrouve de la luminosité et soi plus accueillant pour les oiseaux.
    Il est bien plus long que large (16 x 60).
    La position de la station est donc je suppose par obligation, parallèle à la longueur, voir en diagonale.
    Et c’est là que je tâtonne pas mal, car je pense qu’il faut que je garde un maximum de végétaux naturels pour favoriser la pose sur les abords de la station mais pas trop aussi, tout en pensant à l’exposition du bassin et à son arrière plan pour les couleurs. D’ailleurs j’aimerais bien qu’il fasse un ou deux jours de soleil pour finaliser son emplacement mais c’est pas du tout le cas en Auvergne en ce moment.
    Pour les clichés comment faut il les envoyer? stp
    A + et merci encore pour toutes ces idées très précieuses pour un néophyte comme moi.

  • Olivier dit :

    Excellent hâte de voir quelques clichés de la construction…

  • jean-pierre tinet dit :

    Super article et bien expliqué.
    Cela m’a donné l’idée dans faire une, sur un terrain en friche derrière chez moi.
    Je me lance dans le débroussaillage et la construction de la drink ce week-end.
    Merci pour tous les conseils