Comment photographier avec des objectifs anciens M42

Ah les problèmes de monture des objectifs… Quel Nikoniste n’a jamais ragé de ne pas pouvoir utiliser le Canon MP-E 65mm, objectif absolument unique dans son genre ? De nos jours, chaque marque d’appareil photo a sa propre monture d’objectif : il est tout simplement (quasi) impossible de monter un objectif à monture Canon sur un Nikon ou un Sony et inversement. Mais cela n’a pas toujours été ainsi. En effet, pendant très longtemps, la très grande majorité des objectifs pouvaient se monter sur n’importe quel appareil argentique, grâce à un système de monture commun à chacun : le M42. Ah la belle époque où les marques n’étaient pas fermées sur elles-mêmes dans un but lucratif… Aujourd’hui, c’est Olivier Henrion, photographe publié dans le magazine Macrophotographie et grand utilisateur de ces bijoux, qui va vous expliquer comment faire pour monter ces objectifs anciens très particuliers sur nos boîtiers modernes et comment économiser par la même occasion des centaines d’euros.

Bague d’adaptation pour monter les objectifs sur les boîtiers modernes

Les objectifs à monture M42

La monture M42 est une monture d’objectif vissée développée par le fabricant allemand Carl Zeiss. La monture est également connue sous le nom de monture Praktica faisant référence à l’appareil fabriqué par Pentacon. En anglais le nom universal thread mount (monture à filetage universel) est couramment utilisé puisqu’en principe n’importe quel objectif M42 peut être monté sur n’importe quel boîtier M42. Les objectifs à monture M42 ont une mise au point manuelle. Bien que standardisée la monture M42 n’est pas brevetée. La grande variété d’objectifs compatibles avec la monture M42 fait de cette monture le plus grand système d’objectifs interchangeables de l’histoire de la photographie. La monture M42 est également répandue dans les applications industrielles et scientifiques.

La très grande variété de modèles existants et le fait qu’ils ne sont quasiment plus utilisés de nos jours, font que le prix de ces objectifs oubliés est excessivement bas sur le marché de l’occasion. Leurs qualités optiques sont pourtant, pour certains modèles, excellentes et n’ont rien à envier aux cailloux modernes. De plus, la plupart disposant d’une très grande ouverture (f/1.4, f/1.8, f/2, f/2.8), ils sont donc parfaits pour obtenir de très jolis bokeh, comme nous allons le voir tout de suite.

 


 

Objectifs anciens

 

La photographie avec des objectifs anciens

Et oui, il est tout à fait possible de faire de belles photos avec des objectifs anciens. J’ai pour ma part 4 vieilles lentilles : deux Hélios 44-2 58mm f/2 achetés sur le net (eBay) pour la modique somme de 30 euros, un Pentacon GDR 135mm f/2,8 dit le « monster bokeh » (60 euros), et un Pentacon av 80mm f/2,8. Je les utilise ponctuellement lors de mes nombreuses sorties macro/proxyphotographie. 

Vous pouvez monter facilement sur votre boîtier reflex ou hybride quasiment tous les objectifs anciens en monture M42 avec une simple bague d’adaptation M42, vendue pour une dizaine d’euros sur Amazon. Mais avant de faire un achat, sachez une chose : ces objectifs ne bénéficient pas des automatismes modernes. En effet, comme ils sont montés sur une bague d’adaptation, les connectiques sont donc perdues : pas de mise au point automatique, pas de système de stabilisation électronique et l’ouverture du diaphragme se règle directement (ou pas) sur l’objectif. Mais pas de panique, car leur utilisation est au final assez simple et ils s’utilisent quasiment comme un caillou normal.

Ces objectifs vont vous permettre de sortir des sentiers battus, de trouver autre chose dans la photo, car le rendu qu’ils procurent est vraiment atypique. Ils vous permettront donc de donner du caractère à vos clichés, de faire quelque chose de différent et tout cela sans vous ruiner.

 


 

Hélios 44-2 58mm
Canon EOS 70D, Hélios 44-2 58mm f/2, 1/500 s à f/2,8, 100 ISO

 

 

Hélios 44-2

Helios 44-2Entrons dans le vif du sujet avec ce cliché, Vision céleste, publié dans mon portfolio du magazine Macrophotographie n°15. J’ai réalisé ce cliché à contre-jour afin d’obtenir ce rendu. Les défauts optiques de cet objectif m’ont permis de réaliser ce cliché si particulier, avec un beau jeu de lumière, qu’aucun objectif moderne n’est capable de reproduire. En effet, les traitements des lentilles des objectifs anciens de l’époque étaient moins performants qu’aujourd’hui et la plupart des objectifs M42 sont sensibles au flare (défaut optique provoqué par une lumière frappant directement la lentille). Ce qui semblait donc être des défauts à l’époque est maintenant très recherché par les photographes modernes, car ils permettent de rajouter une vraie patte graphique aux images.

Voici le montage du fameux Hélios sur mon 550D.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Comment choisir des jumelles pour la photographie animalière

Ce montage ne pose pas de problèmes avec mes deux boîtiers : Canon EOS 70D et 550D. Cependant, mon amie (que je salue et qui se reconnaîtra), qui possède un Nikon 7100, a rencontré quelques difficultés de mise au point à l’infini. Il faut savoir que la MAP à l’infini est impossible sans modification de l’objectif sur les reflex Nikon, car le tirage objectif/capteur est trop éloigné de celui prévu pour un M42. Une contrainte à laquelle il faudra penser si vous comptez vous lancer dans l’aventure des objectifs anciens, mais de nombreuses astuces sont disponibles sur internet pour pallier à ce problème.

 

Helios 44-2

 

Voici un autre cliché réalisé cette fois avec un Hélios 44-2 que j’ai modifié (retournement de la lentille avant) pour obtenir cet effet «extrême». Notez que la zone de netteté se trouve uniquement au centre de l’image. Probablement l’objectif le plus produit au monde, le Helios 44 et ses variantes est principalement connu pour avoir un bokeh tournant, qui donne un effet tourbillonnant autour du sujet assez incroyable. Sa formule optique est composée de 6 lentilles en 4 groupes et le diaphragme dispose de 8 ou 6 lamelles selon les modèles. Comptez environ une vingtaine d’euros sur Ebay pour obtenir un modèle.


 

Objectifs anciens
Canon EOS 70D, Pentacon GDR 135mm f/2,8, 1/250 s à f/5,6, 100 ISO – tube allonge 12mm

Pentacon GDR 135mm f/2,8

 

Pentacon GDR 135mm f 2,8Place au Pentacon GDR 135mm f/2,8 dit le «monster bokeh». Sa particularité : il possède 15 lamelles (contrairement aux autres qui en possèdent 8 au maximum) ce qui lui permet de produire des cercles lumineux (bokeh) quasiment parfaits, même avec une petite ouverture. De plus, il produit, je trouve, un effet «vintage» que j’apprécie énormément. Sachez qu’il possède une distance minimale de mise au point de 1,5 mètres, ce qui peut parfois être insuffisant pour faire de la macrophotographie. Pour la réduire, rien de plus simple : utilisez un ou des tubes allonges que vous intercalerez entre le boîtier et l’objectif. 

La version que je possède est en monture exakta (baïonnette), mais il existe là aussi des bagues d’adaptation légèrement plus chères que la version M42. Comptez une vingtaine d’euros environ. Pour tout vous dire, j’ai choisi cette monture car les objectifs sont souvent moins chers qu’en M42.

 

 


 

Pentacon av 80mm

Pour finir cet article, je vous présente le Pentacon av 80mm, qui est une ancienne lentille de vidéoprojecteur et qui pourrait être comparée au mythique Trioplan. Effet bubble bokeh (bulle de savon) garanti. Ci-dessous, deux exemples d’images produites avec cet objectif ancien si particulier. Mais attention, son utilisation est plutôt difficile et réservée à un public averti.

 

Pentacon av 80mm
L’orchidée et le bokeh – Canon EOS 70D, Pentacon 80 mm av f/2,8, 1/250 s à f/5,6, 100 ISO – Tube-allonge 12mm

 

montage m42Les accessoires nécessaires pour réaliser le montage :

  • une monture M52/M42 Hélicoïdale de 17 à 31mm, qui vous permettra de faire la mise au point
  • votre bague d’adaptation M42
  • une scie fine pour raccourcir la lentille, une lime un peu de papier de verre et de la colle plastique/métal
  • de la patience 😉

 

 

Quelques conseils pour terminer : positionnez-vous à hauteur de votre sujet, tournez autour afin de trouver un beau fond, ne négligez pas votre avant plan et évitez les éléments gênants pour une meilleure lecture de votre photo. A vous de jouer maintenant !

 

Pentacon av 80mm
Effervescence – Canon EOS 70D, Pentacon 80 mm av f/2,8, 1/250 s à f/5,6, 100 ISO – Tube-allonge 12 mm

 

 


 

Olivier HenrionOlivier HENRION

Je suis un amateur de nature et de photographie depuis mon plus jeune âge. Même si j’ai commencé la photographie au temps de l’argentique, mon véritable début date de 2013 avec l’acquisition d’un boîtier reflex Canon 550D et d’un 18-270 mm de chez Tamron. Au début, mes images avaient une vision très naturaliste, mais depuis 2015 une évolution plus artistique s’opère.

La photographie devient alors une réelle obsession, je regarde les choses différemment pour composer, chercher l’ambiance, et la magie de l’instant. Suggérer plutôt que montrer, on pourrait résumer mon approche de la macro/proxy photographie de cette manière, repoussant souvent les limites de la perception.

Site internet | Facebook 

 


C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous donnera envie de vous lancer dans la passionnante aventure des objectifs anciens. Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille ce forum spécialisé bourré d’informations et de tests. Un grand merci à Olivier Henrion pour le partage de son expérience et de ses connaissances sur ces objectifs très particuliers. Si vous avez apprécié cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux afin que d’autres personnes puissent en profiter à leur tour.

En attendant le prochain article… prenez des photos !

  • GRIFFAY Philippe dit :

    bonjour

    je tiens à vous féliciter pour la qualité de vos photos mais aussi pour vos articles tres interressants et didactiques
    vous parlez du NIKON 7100 + objectif 44-2 avec un probleme de mise au point à l’infini.Pour de la proxi ceci n’est pas redibitoire,avez vous fait de la proxi avec ce couple boitier objectif et les résultats sont ils satisfaisants

    bonne continuation

    Philippe

  • Olivier dit :

    Bonjour PHILIPPE,

    MERCI

    Mon amie fait de la proxy avec le Nikon 7100 et le 44-2… les résultats sont très satisfaisants … comme mes clichés ci-dessus. Il faut savoir que sans la modification la MAP est très très réduite en même temps l’exercice et plutôt simple, rendez-vous sur: http://clubphotojura.forumprod.com/modification-d-un-helios-44-2-pour-infini-sur-nikon-t113.html pour en savoir +,

    Bonne expérimentation (ça vaut le coup d’essayer)

    Olivier

  • smit dit :

    Sur un appareil photo Panasonic Lumix G2 peut on ajouter un objectif (tele ou zoom ) d’une autre marque ? j’ai un 14/45 c’est peu pour approcher les oiseaux !!! Que me conseillez vous ? merçi

  • Un très bon article, merci. Peut-être faudrait il ajouter que l’ouverture n’est pas fermée automatiquement lors de la prise. Vous allez donc photographier et viser avec le diaphragme fermé… et avoir une photo plutôt sombre dans le viseur d’un reflex. Un appareil hybride est donc un avantage qui amplifie le signal vidéo pour le viseur électronique. Pareil pour la mise au point à l’infini. Le tirage mécanique d’un hybride est plus petit, le capteur donc plus proche de l’objectif que dans un reflex… et les adaptateurs sans lentilles (et avec mise au point à l’infini) disponibles pour beaucoup de montures différentes (M42, Konica, Minolta, Prakticar, Canon, Nikon…).

  • Jimilipi dit :

    J’ai commencé la photo en argentique et dans les années 80 j’avais un boîtier Konica avec un 80-200 tamron ( a baïonnette malheureusement). En retournant la première lentille (la plus grosse) et en changeant la focale j’obtenais différents flous, en étoile, en bulle, en filet du centre vers l’exterieur. Il faudrait que je scanne mes diapos pour les partager…

  • Patricia dit :

    Bonjour,
    J’ai lu avec attention l’article de Olivier Henrion.
    Je possède le même boîtier Canon Eos 550D que lui.
    J’ai récupéré de mon beau père un objectif ( un sigma f8/600mm catadioptrique mirror monture Minolta ; un monstre), j’aimerai savoir si il est possible de l’adapter avec une bague sur mon Eos 550D ???
    J’attends de vos nouvelles à cette question.
    Merci.
    Patricia.