Photographie animalière : comment trouver des animaux sauvages

Si vous vous êtes lancé dans l’aventure de la photographie animalière, une fois les grands principes acquis, vous serez probablement confronté au problème suivant : comment trouver des animaux sauvages ?

En effet, lorsque l'on débute et que l'on n'y connait pas grande chose, on peut se demander comment réussir à trouver chevreuils, renards, blaireaux ou cerfs, qui sont souvent si discrets.

Il existe plusieurs techniques pour les trouver, ce sont les différentes astuces que je vais vous livrer ci-dessous.

Cet article constituera une base de départ pour le novice, mais il faut bien savoir que la compétence principale reste l’expérience, alors multipliez vos recherches ! 

NB : Cet article a été rédigé par Thomas, photographe professionnel et aussi passionné de photo nature. Vous pouvez retrouver ses photos et d’autres de ses articles sur son site  thomahawk.fr

Thomahawk Photographie-1-2


Chaque espèce laisse ses propres traces. Il faut donc les étudier une par une.

Je vous ai donc fait une synthèse et je vais vous délivrer des conseils d’ordre général, qui vont vous permettre de vous forger petit à petit votre culture zoologique. 

Attention de toujours faire un usage respectueux des conseils qui vont suivre afin de ne pas mettre les animaux en danger. S’ils sont découverts par les chasseurs,  blaireaux ou renards peuvent être éliminés ; les dérangements sont également à éviter, quelle que soit l’espèce. N'hésitez pas à lire l’article d’Adrien sur l’éthique du photographe animalier pour prendre conscience des dérives qu'il existe et qu'il ne faut pas franchir.

TROUVER DES ANIMAUX : OBSERVER LES TRACES

Aussi discret ou petit l’animal soit-il, il laissera forcément des traces de son activité, sachez-le.

Les découvrir ne tient qu’à vous et dépend du temps et du niveau d’investigation que vous voulez mettre en œuvre. 

Ainsi, l’écureuil laisse ses noix et noisettes au pied de l’arbre où il a déjeuné, le cerf marque les arbres d’impressionnantes traces pendant le rut, le nid du martin-pêcheur est signalé par la trace des déjections des petits…

D’ailleurs, apprenez à reconnaître les déjections des animaux, car c’est souvent le meilleur indice de leur présence !


Trouver des animaux sauvages

Ces rejets de châtaignier ont été probablement maintenus à l’état buissonnant par un ongulé. L’observation de cerfs que j’ai faite à proximité le confirme.Edit your caption text here


Pour identifier ces différents indices, il faut se documenter en profondeur.

Concernant les traces d’animaux je vous recommande ces deux ouvrages :


Adrien : je vous conseille également le "Guide des oiseaux de France" afin d'apprendre à reconnaître le chant des oiseaux.


Guides animaliers

Se documenter est essentiel. Même si garder les livres chez vous est pratique, la bibliothèque permet d’apprendre à moindres frais en les empruntant


TROUVER DES ANIMAUX, oui, mais quelle espèce ?

Selon la méthode que vous adopterez, vous choisirez de vous focaliser sur une espèce en particulier.

Bien entendu, nous sommes contraints de faire avec la faune locale, donc inutile de chercher à photographier une marmotte en Bretagne.

En revanche, il faut se rendre compte que chaque région à ses espèces phares et ses milieux particuliers. De  ce fait, pour optimiser vos recherches et trouver des animaux sauvages, il faudra vous mettre en quête d’espèces locales.

Selon votre motivation, à vous de juger si vous préférez photographier en premier temps une espèce difficile à trouver ou au contraire un animal plus commun.

Il faut donc savoir faire le juste milieu entre la volonté de photographier une espèce bien précise et la créativité.

Un photographe curieux, pourra magnifier une espèce « banale » à force de travail et d’abnégation. Et comme le montre Adrien dans son article "comment photographier le héron", dans certains cas, il est plus judicieux de photographier un animal en ville.

En effet, certains animaux se familiarisent à la présence humaine, ce qui à la longue permet de diminuer leur distance de fuite. Cela permet ainsi de les photographier sans les incommoder.


Thomahawk Photographie

Certains indices sont difficiles à trouver. Ici pas de doute, un castor est dans les parages !


connaître son sujet pour mieux le trouver

Vous l’aurez compris, si vous souhaitez vous lancer dans la photographie d’une espèce en particulier, il vaut mieux bien la connaître, et cela pour plusieurs raisons :

  • Ce sera plus facile de la localiser
  • Vous prendrez plus de plaisir à l’observer et à la photographier. Oui, c’est mon avis : regarder des animaux dont je ne connais rien m’ennuie. Mais si on m’explique, si je me suis documenté, alors je comprends leur habitudes, comme la parade, la reproduction, la vie familiale, etc... Et cela devient vraiment passionnant à observer !
  • Vous ferez de meilleures photos. En connaissant les espèces, vous serez capables de mieux anticiper leurs actions et donc de mieux prévoir vos photos.
Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  7 questions à se poser avant de débuter en photographie de Nature


Ma façon d’apprendre :

J’aime apprendre la vie et les habitudes des animaux pour les raisons pré-citées.

Pour autant, je n’ai pas envie d’avoir vu à l’avance tout ce que je vais découvrir. Alors, même si je suis un grand féru de reportages animaliers (je trouve que c’est dans les reportages que l’on apprend le mieux), j’essaie de doser entre l’écrit et l’image, pour avoir les informations comportementales, sans être spoilé.

Thomahawk Photographie-2-2 (1)


Cherchez les animaux au bons moments

C’est un va-sans-dire pour la majorité des mammifères, mais vous ne les trouverez pas à n’importe quel moment.

Même si vous avez trouvé de superbes indices de présence, il est inutile d’attendre en plein midi un blaireau, par exemple.

Dans des proportions variables, tous les mammifères sont majoritairement visibles au lever et au coucher du soleil.

Cela présente en plus l’avantage de vous offrir de belles lumières, mais en contrepartie cela vous laissera un créneau assez court, avec parfois une lumière belle, mais assez faible. C’est pourquoi il vaut mieux vous équiper de votre trépied, surtout dans des environnements couverts.


passez du temps sur le terrain

Bien évidemment, plus vous passerez de temps sur le terrain, plus vous serez susceptible de voir des animaux.

D'ailleurs, voici un bon moyen d’optimiser vos sorties photos : lire votre livre animalier sur le terrain, lors d’un affût par exemple. Ainsi, vous êtes à la fois en action et en train de vous cultiver : c’est 200% gagnant !

Pour le repérage, je vous conseille également d’emporter votre téléphone, pour une question de sécurité déjà et car c’est un super outil : il prend une photo et la géolocalise en même temps.

Ça ne vous parait peut être plus rien, mais c’était le rêve de tous les scientifiques il y a encore quelques années. Donc abusez-en, en plus c’est gratuit !

Adrien : il existe d'ailleurs de  très nombreuses applications pouvant servir au photographe animalier, voici mon top 10.

N’oubliez pas également votre carnet pour noter les traces rencontrées, une interrogation ou un doute sur une empreinte. C’est le compagnon idéal pour progresser et compléter ses recherches une fois de retour à la maison.


Applications mobile photographie

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article

Pourquoi noter ?

A moins d’avoir une mémoire extraordinaire, on se dit toujours "c’est bon je m’en souviendrais la semaine prochaine". Et puis la semaine suivante il y a un imprévu. Et puis on oublie. Et puis l’année d’après, on se remémore avec amertume ce spot à renard bien tranquille que l’on a perdu. Alors noter ça sert à ça ! Écrivez certains éléments, même banals, pour pouvoir vous y retrouver l’année suivante ou après une période d’arrêt.

SÉLECTIONNEz les bons spots d'affût photo

Beaucoup d’animaux peuvent être rencontrés uniquement en choisissant avec soins le lieu de prospection.

Le renard est par exemple un aficionado des champs moissonnés, tandis que les hérons affectionnent particulièrement les étangs. Le faisan quant à lui fréquente principalement les bordures de champs.

De plus, les limites entre deux milieux différents (un champ en lisière de forêt par exemple) sont de très bons endroits à prospecter.


Comment trouver des animaux

Avec de telles marques sur l’arbre, j’ai ressentis tout la puissance et l’excitation du cerf qui a fait ça. Aucun doute, ce sera mon poste d’affût pour ce soir.


Il convient également d’avoir une vue assez dégagée, car plus la zone à scruter est grande, plus il  a de chances de trouver des animaux.

Autre astuce sur la localisation : noter le lieu et l’heure d’une observation vous permettra de vérifier si l’animal en question adopte certaines habitudes. 

Ainsi, en retournant sur l’endroit d’une observation, vous aurez probablement la chance de le revoir (en ayant en plus anticipé votre rencontre).


partagez et demandez des conseils

Lorsque l’on commence en photographie animalière, une série d’échecs peut rapidement conduire à une  bonne dose de frustration.

Pour pallier cela, n’hésitez pas à partir à la pêche aux info !

Entre les voisins, les chasseurs, les gardes forestiers et les associations naturalistes, il y a beaucoup de chance pour que l’on vous file un tuyau !


Thomahawk Photographie-1


trouver des animaux en résumé


  • Documentez-vous à l’aide de livres, de sites web et de documentaires animaliers.
  • Recherchez des indices de présence avant de monter un affût pour augmenter vos chances de réussite.
  • Prenez des notes de vos observations.
  • N’hésitez pas à demander aux autres des conseils en nouant une relation de confiance.
  • Passez du temps sur le terrain, surtout le matin et le soir.