Gardez vos fichiers RAW ! 3 bonnes raisons de ne pas les supprimer

“Les fichiers RAW, c’est lourd et ça prend de la place”. Voilà une phrase qui revient souvent dans le petit monde de la photographie et qui a tout son sens. Quel intérêt en effet de garder des centaines de fichiers qui prennent énormément de place sur votre ordinateur et que, de toute façon, vous ne retournerez jamais voir ? Car il faut l’avouer, plus le temps passe et plus les Go s’accumulent, mettant en plus un bazar phénoménal dans votre bibliothèque Lightroom. Pourtant, à travers cet article je vais vous expliquer pourquoi j’ai décidé de ne plus jeter mes fichiers RAW. Ou comment cela m’a permis de sauver des dizaines de photos d’une mort certaine.

 

Photographie de héron

 

Découvrir des photos passées inaperçues

Lorsque vous rentrez d’une séance photo, quelle est la première chose que vous faites ? 

Si vous êtes comme moi, il y a fort à parier que vous allez vous jeter tout de suite sur votre ordinateur pour voir le résultat de vos clichés tout frais. C’est humain !

Comme un enfant le jour de Noël, nous avons tous cette impatience d’ouvrir nos petits cadeaux numériques.

Pourtant, suite à une expérience récente, j’essaie de plus en plus de ne pas me précipiter sur les photos mais au contraire d’attendre… plusieurs jours voir semaines avant de les transférer.

En effet, il n’y a pas très longtemps j’ai décidé de remettre le nez dans ma bibliothèque Lightroom, plus par curiosité qu’autre chose, et quelle n’a pas été ma surprise de me retrouver à sauver des méandres de mon disque durplus d’une quinzaine de photos !

 

Photo d'araignée

 

Pourquoi ne les avais-je pas vues à l’époque ? Plusieurs raisons à cela :

  • Sur le moment, certaines photos passent complètement inaperçues. C’est principalement le cas lorsque vous rentrez d’une cession avec LA photo en tête, celle qui vous a fait vibrer dès que vous avez appuyé sur le déclencheur. Sous l’effet de l’excitation, certaines photos, pourtant raisonnables, passent ainsi à la trappe car on ne pense même pas à les regarder. 
  • Avec le temps, votre pratique photographique évolue et vos goûts changent. Pour cette raison, une photo qui vous semblait à l’époque banale peut, sans raison apparente, vous taper dans l’oeil un an plus tard.
  • Vos compétences en développement s’améliorent, vous apprenez de nouvelles techniques, et là où vous ne voyiez pas de potentiel à l’époque sur une photo, aujourd’hui vous arrivez à visionner un résultat final plus que satisfaisant.

 

Alors gardez vos fichiers RAW ! Vous ne retrouverez bien évidemment pas la prochaine photo gagnante au concours photo de Montier-en-Der, mais il y a fort à parier que vous en sauverez quelques-unes qui valent le coup d’être montrées.

 


 

Retravailler d’anciennes photos

Nous venons de le voir à l’instant, mais plus le temps passe et plus vos compétences et vos goûts en terme de retouche vont s’affiner.

Or, le gros problème lorsque l’on débute en développement photo, c’est que l’on a tendance à pousser les curseurs à 250% et en avant la saturation à coup de truelle !

 

Été 2016 – Outch, ça pique la saturation des couleurs !

 

Rassurez-vous, ce comportement est tout à fait normal et tout le monde passe par là (même moi, comme vous pouvez le constater dans cet article) Non, personne n’est là pour vous blâmer.

Jeter un œil régulièrement sur vos anciennes photos va vous permettre de vous apercevoir de vos erreurs de débutants et de rectifier le tir si besoin et il y a fort à parier que certaines photos connaissent une seconde jeunesse.

A la longue, cette façon de faire va vous permettre de vous créer un style photographique qui vous est propre, car toutes vos photos auront plus ou moins le même traitement, qu’elles aient 3 ans ou quelques heures.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  5 fausses excuses pour ne pas utiliser le format RAW

 


 

agrion
Une photo prise à mes tous débuts et dont j’étais extrêmement fier à l’époque…

Voir votre évolution (et vous rassurer)

Je lis beaucoup, parmi mes abonnés, de personnes se plaignant qu’elles n’arrivent pas à progresser, que leurs photos ne reflètent pas ce qu’elles veulent, qu’elles sont nulles par rapport à celles des autres, etc…

Se comparer à de meilleurs photographes est une très bonne chose pour trouver l’inspiration et pour avoir un objectif à atteindre, mais attention à ne pas tomber dans la dévalorisation personnelle.

 

Instagram est une bonne façon pour voir rapidement l’évolution d’un photographe. Abonnez-vous ! 🙂

 

Pourquoi ne pas vous comparer plutôt à… vous-même ? Avez-vous seulement pensé à regarder un peu dans le rétroviseur pour voir votre propre évolution ? Vous seriez surpris du résultat, croyez-moi !

Car c’est la nature humaine de ne pas voir le changement qui s’opère petit à petit et parfois, il est très important de se rafraîchir la mémoire pour constater le travail accompli et s’auto-féliciter (oui, je vous autorise à vous mettre une petite tape sur l’épaule). 

Bref, garder vos fichiers RAW va vous permettre de vous rendre compte que NON, vous n’êtes pas si nul que ça (et que OUI, vous progressez !).

 

evolution-photo

 


 

Comment stocker vos fichiers RAW

Car oui, c’est bien sympa de vous dire de garder vos fichiers RAW, encore faut-il pouvoir les stocker convenablement, car on peut rapidement obtenir des dizaines de Go à ranger.

J’utilise pour ma part deux disques durs externes Toshiba Canvio Basics 1 To, un excellent rapport qualité-prix que je vous conseille fortement. Le premier contient tous mes fichiers RAW liés à ma bibliothèque Lightroom et l’autre est une simple copie contenant les fichiers bruts, sans retouche.

 

amazon-choice

 

Les disques durs étant des objets très fragiles et la moindre chute pouvant être dramatique, je préfère avoir de cette façon une solution de secours en cas d’accident.

Croyez-moi, ayant perdu tous mes fichiers RAW de l’année 2016 de cette façon, je vous garantis que l’investissement vaut le coup. En effet, la réparation (quand elle fonctionne…) d’un disque dur cassé coûte quasiment le prix d’un neuf et les probabilités de pouvoir récupérer les données sont très petites (voir inexistantes).

Le mien n’était pas réparable et j’ai tout perdu, bouh ! 🙁

 


 

Rouge-gorge

 

Conclusion

J’espère vous avoir convaincus à travers cet article et ces quelques exemples que garder vos fichiers RAW est une opération très importante dans toute démarche photographique.

Bien entendu, je ne vous dis pas de TOUS les garder : une photo floue ou complètement ratée le restera, et même si vous devenez un pro du développement photo elle ne sera pas rattrapable.

Alors prenez bien le temps de faire le tri dans votre bibliothèque, ne supprimez que celles qui sont vraiment loupées et si vous vous arrêtez sur une photo et que vous hésitez à la supprimer, GARDEZ-LA ! 

Qui sait, peut être que dans un ou deux ans elle vous fera vibrer 🙂

N’oubliez pas de partager l’article sur les réseaux sociaux si vous l’avez aimé, il peut aider d’autres personnes. Et vous, vous avez déjà sauvé des photos de cette façon ?

Pour finir, je vous laisse avec une galerie des meilleures photos que j’ai sauvées grâce à cette façon de faire et qui à l’époque me laissaient complètement indifférent.

 

[ngg_images source=”galleries” container_ids=”16″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]

  • Michel dit :

    Bonjour Adrien,
    Article intéressant, merci à toi!
    Comme tout le monde toutes les photos floues passent à la poubelle. En tant qu’ancien dessinateur/peintre, je rajoute, dans la poubelle, toutes les photos dont la composition, pour moi, me semblent incorrectes. La comparaison de mes débuts à aujourd’hui sont rares, en réalité depuis que je fais de la photo, je pense que se sont les forums qui me font comprendre si je stagne ou si je suis sur la bonne voie et mon fils, photographe lui même, est très critique. Les seuls négatifs(RAW) que je garde, se sont les souvenirs de famille et ceux qui sont édités en jpeg. Un tableau qui au bout d’un certain temps ne me plaisait pas je changeais de sujet.
    Amicalement
    Michel

  • gobois64 dit :

    Bonjour Adrien !
    Merci pour cet excellent et judicieux article complet et joliment illustré (bravo pour tes photos). Personnellement j’ai 3 disques durs externes dont 1 que j’actualise que tous les mois sans retirer un seul fichier raw antérieur. Sur les deux autres tous les quinze jours j’effectue une sauvegarde automatique de mes raw, qui sont stockés sur mon ordi, puis de temps en temps, sur mon ordi je supprime les raw superflus (doublons ou techniquement mauvais) pour ne garder que les “potentiellement” bons.
    Tout cela pour te dire que je suis bien d’accord avec ton article : on ne sais jamais !
    Bonne continuation et merci de partager avec nous !

  • laurence dit :

    Oui revenir sur ses photos une fois côté affectif lié à la prise de vue passé est une bonne chose !
    Comme toi, le supprime immédiatement les photos floues.
    Et, chaque année je profite du mois de décembre pour reprendre toutes mes photos prises dans l année en cours pour refaire un tri plus poussé !

  • Mickaël dit :

    Merci pour cet article. Je suis entièrement d’accord avec. Ca m’est arrivé de remettre le nez dans mes RAWs et de me dire qu’une photo avait du potentiel. Et puis le côté “boost les curseurs de saturation” m’a tellement fait rire. Je regarde mes anciennes photos et j’ai les yeux qui pleurent ce qui renvoie à ton dernier conseil : regarder notre évolution. Bref petit billet très intéressant.
    Merci à toi
    Mickaël