Photographie animalière – Connaître les habitudes des animaux

Il n’y a rien de plus frustrant que de passer des heures interminables en affût ou en maraude et de rentrer bredouille, sans avoir la moindre queue de renard sauvage dans le boîtier. Tous les photographes vous le diront, la photographie animalière est probablement le domaine le plus compliqué et le plus frustrant qui existe en photo, pour la simple et bonne raison qu’elle ne dépend pas que de nous. En effet, dans 90% des cas, les sujets que vous voudrez photographier auront la fâcheuse tendance à déguerpir avant même de les avoir aperçus ! La faute à des siècles de chasses et d’exterminations par l’être humain, qui, par ses actes, a rendu la quasi-totalité des espèces animales terriblement farouches à la moindre vue d’Homo Sapiens. Heureusement, il existe quelques astuces pour les photographier. Voici quelques pistes…

photographie animalière
Une photo compliquée à faire sans un repérage préalable

Le repérage, indispensable en photographie animalière

Sortir appareil à l’épaule et sourire aux lèvres, en espérant croiser un animal au petit bonheur la chance est, dans la grande majorité des cas, une perte de temps totale en photographie animalière ! J’en ai fait l’expérience et comme tout débutant, je m’imaginais un peu naïvement je dois l’avouer, qu’il suffisait de me promener tranquillement dans la nature pour croiser un animal sauvage… Quelle grave erreur et quelle perte de temps ! Ma expérience en photographie m’aura appris une chose primordiale : partir à l’aveugle en session photographie animalière, c’est se tirer une balle dans le pied. Point.

Croyez-moi, rien ne vaut une bonne préparation en amont ainsi qu’une longue observation sur le terrain pour maximiser ses chances de rentrer avec la carte mémoire remplie. Cet article n’étant pas un guide sur comment repérer des animaux (il y en aura bientôt un, ne vous inquiétez pas), voici néanmoins quelques pistes à explorer :

  • Se renseigner sur l’espèce cherchée : Comment trouver un animal si on ne connait rien sur lui ? Impossible ! Quel est son habitat naturel ? Que mange t-il ? Où dort-il ? Autant de choses qu’il est très important de connaître. La meilleure façon de se documenter reste les livres-guides spécialisés. Il en existe  presque autant qu’il existe d’espèces animales, vous ne pouvez donc pas vous tromper. Concernant les oiseaux, je vous conseille fortement “Le guide des oiseaux de France“.
  • Chercher les indices de présences animales : crottes, plumes, empreintes, coulées… Les traces sont partout si on prend le temps de bien regarder. N’hésitez pas à vous tourner vers des groupes spécialisés, où vous trouverez de nombreuses informations et de l’aide pour l’identification d’un animal. Voici, par exemple, le groupe d’un ami sur Facebook où vous pouvez poster des photos de traces pour demander une identification : I.P.A
  • Utiliser une bonne paire de jumelles : outil vraiment indispensable pour repérer des animaux. Privilégiez une paire lumineuse et légère, beaucoup plus pratique d’utilisation quand on doit marcher et observer pendant des heures. Il n’est d’ailleurs pas rare que je ne sorte qu’avec mes jumelles. Profitez des après-midis ensoleillés pour vous promener sans l’appareil photo et faire du repérage. La lumière du soleil à ces heures étant, de toute façon, beaucoup trop dure pour sortir des clichés de qualité, autant en profiter pour glaner des informations pour plus tard.
  • Passer du temps sur le terrain : Cela semble logique mais il est important de le rappeler. La photographie animalière est une passion qui demande énormément de temps. Plus vous serez dans la nature, plus vous multiplierez vos chances de croiser un animal.
  • Utiliser des applications communautaires : Naturalista par exemple est une application qui permet de partager les observations animales. Cela peut donc valoir le coup, de temps en temps, de jeter un œil et voir si quelqu’un n’a pas aperçu un animal intéréssant à proximité.

photographie animalière

Observer les habitudes : la clé de la réussite

Vous avez repéré un animal ? Parfait ! Mais… que faire maintenant ?

Tout d’abord, il est très important de rester le plus calme et le plus silencieux possible pour ne pas le faire fuir. Prenez votre temps et gardez dans un premier temps vos distances. Ces moments d’observation doivent vous servir à emmagasiner le maximum d’informations possibles sur l’animal. En effet, chaque espèce a ses habitudes et ses rituels, vous le constaterez rapidement au fil de vos sorties. Il n’est donc pas rare d’observer exactement les mêmes attitudes entre différents individus d’une même espèce. N’hésitez pas à noter tout ceci dans un carnet, car ce sont là de précieuses informations à utiliser lors de prochaines séances…

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Animalis - La websérie animalière

Pour vous donner un exemple, il est connu dans le monde de la photographie animalière que le martin-pêcheur se raidit et contracte ses ailes avant de plonger. Ces gestes lui permettent d’évacuer tout l’air emprisonné dans ses plumes et ainsi mieux nager. Une information précieuse pour anticiper son plongeon et commencer à déclencher une rafale juste avant qu’il ne se lance.

Mais au-delà des ressemblances au sein d’une même espèce, il est encore plus important d’observer que, comme chez les êtres humains, chaque individu développe ses propres “manies”. Si vous avez l’occasion de voir plusieurs fois le même animal, faîtes bien attention à sa façon d’évoluer, vous noterez rapidement qu’il développe des attitudes légèrement différentes de ses congénères : on peut associer cela à son caractère, et c’est quelque chose de très, très important !

Je résume donc les 2 points essentiels à connaître et à déterminer si vous voulez réussir vos clichés d’animaux sauvages :

  1. Au sein d’une même espèce, les individus auront tous des attitudes en commun et “universelles” : façon de se nourrir, parade nuptiale, chants, façon de se déplacer, etc…
  2. Parmi ces individus, comme chez les êtres humains, certains développent des manies uniques : c’est ce qu’on peut appeler le caractère de l’animal.

Voyons maintenant en pratique tout cela dans un…

Cas concret : le héron au coucher de soleil

photographie animalière
“Au fil de l’eau”. Une photo préparée et construite à l’avance, grâce à l’observation et à mes connaissances de l’animal.

Vous l’avez surement remarqué si vous me suivez depuis un moment, mais je voue une véritable passion pour le héron. Cet animal me fascine de par sa tranquillité et la puissance qu’il dégage. Grâce à de nombreuses recherches sur l’espèce et surtout grâce à de nombreuses observations, j’ai accumulé beaucoup d’expérience et de connaissances sur ses habitudes. Voici quelques-unes d’entre elles.

ATTITUDES GÉNÉRALES À L’ESPÈCE :

  • Il adore les perchoirs : cela lui permet  de se reposer ou d’avoir une vue d’ensemble pour guetter l’arrivée d’une petite friandise.
  • Il est actif très tôt le matin et tard le soir : comme une grande majorité des animaux c’est assez rare de le croiser en journée.
  • Il peut rester complètement immobile pendant de très longues minutes.
  • Il étend lentement son cou avant d’attaquer sa proie : et ceci est commun à absolument tous les hérons. Avant de fondre sur sa victime il va très légèrement tendre le cou et son regard va changer pour devenir plus intense. Cela permet donc d’anticiper facilement l’attaque et de faire des photos très dynamiques de l’impact.

CARACTÈRE QUI DISTINGUE LES INDIVIDUS ENTRE EUX :

  • C’est un animal très routinier : il est très fréquent que je croise le même héron en train de pêcher au bord d’une petite rivière près de chez moi. Cet individu se retrouve toujours au même endroit et généralement à la même heure, alors que la rivière s’étend sur une dizaine de kilomètres. Pratique pour préparer sa session !

Pour la mise en pratique de toutes ces connaissances, je vous laisse visionner la vidéo suivante où je vous raconte l’histoire derrière ma photographie “au fil de l’eau”.

PS : Etant donné que c’est la première fois que je me filme, je m’excuse par avance pour tous les problèmes techniques présents dans la vidéo et pour mon manque d’assurance… On va essayer d’améliorer tout ça au fil du temps, c’est promis !

J’espère que vous avez apprécié la lecture de cet article et que les conseils vous permettront de progresser en photographie animalière, domaine tellement compliqué mais tellement passionnant… N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube pour être alerté des prochaines vidéos. Sur ce je vous laisse avec un “best-of” des photographies prises pendant cette sortie, et je vous souhaite plein de belles photos d’animaux sauvages.

[ngg_images source=”galleries” container_ids=”9″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]