Photographie animalière : les 5 problèmes du débutant

Débuter en photographie animalière est compliqué et souvent décourageant. En effet, beaucoup de données techniques rentrent en compte et il est souvent difficile de trouver les informations nécessaires. Ajoutez à cela le fait que les sujets sont des animaux sauvages et donc imprévisibles, vous obtenez du matériel coûteux qui prend la poussière sur une étagère !

Alors comment faire pour progresser plus rapidement en photographie animalière ? C'est ce que nous allons voir dans cet article dédié à la résolution des problèmes que tout débutant rencontre.

Photographie animalière

Problème n°1 : trouver des animaux

Rentrons dans le vif du sujet et oublions cinq minutes l’appareil photo. Allons directement sur le terrain.

Car oui, pour pouvoir photographier des animaux encore faut il les... trouver !

En photographie animalière, il est très important de connaître les habitudes des animaux que vous souhaitez photographier et d’en savoir le plus possible sur eux si vous voulez maximiser vos chances d’en croiser. 

Dans quel environnement votre sujet aime-t-il évoluer ? Que mange-t-il ? À quelles heures a-t-on le plus de chance de le croiser ?

Toutes ces questions ont leur importance. Et le meilleur moyen pour tout savoir sur les animaux est de vous procurer des guides animaliers ou de faire des recherches sur internet.

Photographie animalière

Inutile, par exemple, de perdre son temps à chercher le martin-pêcheur sur un étang complètement vide de... petits poissons, sa friandise préférée !

Donc, sortez de préférence tôt le matin et tard le soir pour faire vos prospections, la plupart des animaux étant très peu actifs la journée.

Jumelles pour la Photographie animalière

Une bonne paire de jumelles sera votre meilleure alliée. Préférez un modèle léger mais lumineux.

Un grossissement de x8 ou x10 est un bon compromis, car au dessus vous risquez de vite fatiguer sous le poids des jumelles. 

J’utilise personnellement les Nikon Prostaff 7s en 10x42, elles sont très légères et m’accompagnent partout. J’en suis ravi !

De plus, lors de vos balades, faites très attention également aux différents indices de présences, ils sont bien plus faciles à trouver que l’on ne le pense. 

ll suffit de baisser les yeux : crottes, plumes, empreintes, coulées, poils accrochés aux ronces, végétaux mangés…

ouverture diaphragme

[ARTICLE Complémentaire]

Comment choisir des jumelles pour la photo animalière

Comment s'approcher des animaux ?

Une fois que vous trouvé un animal, encore faut-il pouvoir l’approcher pour le prendre en photo.

Et c’est là que les choses se gâtent...

Des siècles de chasses et d’exterminations ont laissé des séquelles catastrophiques chez les animaux, qui nous fuient instantanément.

Pour espérer les approcher il va donc falloir devenir maître dans l’art du camouflage et de la discrétion.

Rassurez-vous, pas besoin de partir à la guerre : un simple t-shirt, un pantalon et une casquette de couleur kaki suffisent pour débuter. Vous pouvez trouver tout cela à un prix abordable au rayon chasse de Decathlon, par exemple.

Photographie animalière

Mais surtout pensez à votre odeur !

Cela peut paraître stupide, mais c’est l’erreur numéro un à laquelle le débutant en photographie animalière ne pense pas et qui est pourtant ÉLIMINATOIRE.

Les animaux vivent en effet dans un univers olfactif qui nous dépasse complètement et la moindre odeur humaine les fera fuir.

Oubliez donc les parfums, gels pour cheveux et autres déodorants. Et surtout essayez de toujours avancer avec le vent contre vous.

Comment connaître la direction du vent ?

Une astuce toute bête consiste à toujours prendre sur soi une poire soufflante remplie de talc.

Un petit coup dans l’air et voilà !

Billebaude photo
Adrien Coquelle

Technique N°1 : La billebaude

Vous avez reperé au loin un superbe chevreuil ? C’est parfait !

Mais ne foncez pas tête baissée sur lui...

La meilleure approche à adopter est d’avancer très lentement, en zig-zag et sans gestes brusques.

Profitez des moments où l’animal a la tête tournée ou quand il mange pour gagner quelques précieux mètres. 

Et surtout immobilisez vous au moindre signe d’alerte de sa part.

N’hésitez pas aussi à utiliser la végétation environnante pour vous camoufler lors des temps d’arrêt (hautes-herbes, troncs d’arbres, buissons, etc...).

Cette technique n’est pas facile à mettre en place, mais les émotions que l’on ressent quand on arrive à s’approcher sans se faire remarquer, sont simplement incroyables !

Chambre affût Tragopan V5
Affût Tragopan V5

TECHNIQUE N°2 : L'affût de photographie animalière

Beaucoup plus difficile à mettre en place, car elle nécessite un long travail de repérage en amont, cette approche permet néanmoins d’obtenir une très grande proximité avec les animaux si elle est bien utilisée.

Elle consiste tout simplement à attendre camouflé derrière une cachette : un affût.

Fabriquez un abri dans les buissons avoisinants (avec des branches, de l’herbe, un filet de camouflage...) et rentrez dedans avant l’arrivée de l’animal.

Cette technique est très efficace, mais il faut avoir les nerfs solides, car on peut très bien passer des heures sans ne rien voir...

Dans tous les cas, vérifiez bien qu’il n’y a pas d’animaux aux alentours au moment de sortir de votre affût, afin de ne pas les effrayer.

À noter que, l’on peut trouver sur internet des tentes-affûts spéciales pour la photographie, elles se déplient en 2 secondes sur le même principe qu’une marque très connue de tente de camping.

Pratique !

Test affût Tragopan V5

[ARTICLE Complémentaire]

test de l'affût photo tragopan v5

Cas concret de photographie animalière : le héron cendré

Pour finir, voici un exemple concret avec le héron cendré. 

Une recherche sur internet et dans un guide ornithologique m’indique que :

  • Le héron cendré dort perché dans de grands arbres, le long des étangs.
  • Il se nourrit principalement de poissons et pratique une pêche d’attente, les pattes
    immergées dans l’eau.
  • Il peut également se nourrir de petits mammifères, comme des campagnoles.
  • Il n’a pas vraiment de prédateurs.
  • Il est actif tôt le matin et tard le soir. Comme beaucoup d’animaux, il se repose la
    journée.

Pour trouver un héron cendré je vais donc favoriser la prospection, tôt le matin ou tard le soir, d’étangs ou de cours d’eau ayant des berges en pente douce et bordés de grands arbres.

Le fait qu’il n’ait pas de prédateur m’indique que l’on peut éventuellement le trouver dans d’autres endroits.

De plus, il se nourrit également de petits mammifères. Et où trouve-t-on de petits rongeurs ?

Dans les champs !

Effectivement...

Photographie animalière

PROBLÈME N°2 : maîtriser la lumière naturelle en photo animalière

Le triangle d’exposition, ça vous dit quelque chose ? C’est la base de la photographie !

Savoir bien exposer une photo est tellement important que j’ai envie de le répéter : l’exposition est la base de la photographie. LA BASE ! 

Si, je vous jure...

D'ailleurs, savez-vous ce que signifie « photographie » en grec ?

Pour ceux qui auraient rigolé comme moi au nez de leur prof de français quand elle leur à proposer d’apprendre le latin ou le grec l’année suivante, cela signifie tout simplement « peindre avec la lumière ».

C’est beau, non ?

Et bien maîtriser l’exposition c’est vraiment ça : c’est l’art de peindre avec un pinceau (l’appareil), sur une toile (le capteur numérique), en utilisant suffisamment de peinture (la lumière) pour bien remplir uniformément le cadre (la photo).

Mais sans mettre trop de peinture non plus, au risque que tout déborde : trop de lumière et la photo sera cramée, pas assez et elle sera bouchée...

Photo sous-exposée

Photo sous-exposée

Photographie bien exposée

Photo bien exposée

Photo sur-exposée

Photo sur-exposée

Comment gérer la quantité de lumière reçue sur le capteur ?

Comment faire lorsque l’on est en sous-bois et que la lumière n’est pas suffisante ?

Je ne vais pas développer tout cela ici, mais retenez simplement qu’il existe 3 réglages sur l’appareil pour le faire. Je vous invite à cliquer sur les liens suivants pour lire les articles correspondants et compléter vos connaissances.

Les 3 réglages qui permettent de modifier l’exposition sont :

Maîtriser ces 3 réglages sera déjà suffisant pour réussir beaucoup mieux vos photos que la plupart des débutants, alors prenez bien le temps de faire vos propres tests pour bien les comprendre.

C’est vraiment important.


PROBLÈME N°3 : les photos floues

Clairement, c’est l’ennemi numéro un du débutant et le plus « difficile » à dépasser. 

En effet, alors qu’il est possible d’éviter les erreurs d’exposition grâce aux mécanismes automatiques de l’appareil, les photos floues restent un réel problème pour celui qui découvre la photographie, car elles dépendent dans 99% des cas... d’une erreur du photographe lui-même.

Outch !

Vos photos sont floues, vous aussi ? Pas de panique !

Voici un article très complet spécialement dédié à la résolution des photos floues, vous y trouverez tous les conseils nécessaires pour régler ce problème.

photographie animalière

[ARTICLE Complémentaire]

Pourquoi vos photos sont floues ?


vous aimeriez progresser en photographie animalière ?

Réglages photo

Découvrez les 2 autres problèmes que rencontrent tous les débutants en photographie animalière :

  • Problème n°4, la composition : découvrez les règles de composition qui datent de la Renaissance 
  • Problème n°5, la retouche photo : apprenez à développer vos photos même si vous n'y connaissez rien.

CONCLUSION SUR LES débuts en photographie animalière

Photographie animalière

J'espère que vous avez apprécié cet article sur les problèmes que rencontrent tous les débutants en photographie animalière. 

Si vous l'avez aimé n'oubliez pas de le partager avec vos amis sur les réseaux sociaux.

Bonnes photos !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

>
4 Partages
Partagez4
Enregistrer
Tweetez