Pose longue en photo animalière : comment réussir vos photos

Très utilisée en photographie de paysage, la pose longue est néanmoins très peu fréquente en photographie animalière. Pourtant, les résultats sont très souvent très intéréssants, pour peu que l'on prenne le temps de l'essayer et de la comprendre. Dans cet article, nous allons voir comment réussir ce genre de rendus très artistiques et comment optimiser les chances d'obtenir des sujets nets sur nos photos.

Comment faire une pause longue en photographie animalière

Comment faire une pose longue en photo animalière

Qu'est-ce qu'une pose longue ?

La pose longue est une technique qui consiste à utiliser des vitesses d'obturation (très) lentes afin de suggérer le mouvement de certains sujets et produire des résultats très particuliers.

En effet, le fait d'utiliser une vitesse lente va provoquer un effet de traîne sur les éléments en mouvement, tandis que le reste de l'image sera bien net.

C'est une technique qui est particulièrement appréciée des photographes de paysage, qui adorent notamment l'utiliser sur les cours d'eau, afin d'obtenir une surface lissée et un rendu "angélique".

cascade-3462900
river-1956146_1920

Mais qui dit vitesse d'obturation lente, dit forcément risque de flou de bougé et de mouvement, deux éléments qui font que la pose longue est très peu utilisée en photographie animalière, où l'on veut obtenir, généralement, un sujet le plus parfaitement net possible.

Dans cet article, nous allons donc voir comment obtenir une eau bien lisse ET un sujet net, sans matériel spécifique !

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

La vitesse d'obturation : comprendre son fonctionnement

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces pour utiliser au mieux la vitesse d'obturation en photographie animalière.

Miniature_Vitesse d'obturation

Le matériel nécessaire pour faire une pose longue

Le but de cet article est de vous présenter une technique accessible à tous, vous verrez donc à la lecture de celui-ci que les deux accessoires dont je vais vous parler sont nécéssaires, mais pas forcément obligatoires, ce qui permet également de s'essayer à la pose longue sans se ruiner !

Voici donc ce dont vous aurez besoin pour faire une pose longue en photographie animalière :

  • Un bon trépied
  • Un filtre ND (optionnel)

Pose longue photographie animalière

Une eau lissée et un sujet net ? C'est tout à fait possible !

Le trépied pour la photographie animalière

C'est la matériel (quasiment) obligatoire pour pouvoir faire une pose longue, car à main levée le flou de bougé sera beaucoup trop présent sur vos images, rendant toute photo inexploitable (sauf si vous voulez obtenir un effet abstrait).

Privilégiez un modèle robuste et surtout très stable, car la moindre vibration entraînera inévitablement du flou sur vos photos. C'est notamment le cas lorsqu'il y a un peu de vent qui vient faire vibrer un trépied trop léger.

Si vous manquez de stabilité, n'hésitez pas à lester votre trépied en accrochant dessus votre sac photo ou tout autre objet lourd.

La plupart des modèles sont en effet équipés d'un crochet se situant en dessous de la tête du trépied qui permet de suspendre des choses, afin d'alourdir l'ensemble.

Trépied photographie animalière
Trépied photographie animalière

Une fois que vous avez bien positionné votre trépied, qu'il est bien calé et que votre composition est faite, n'y touchez plus pour éviter tout mouvement parasite au moment de la prise de vue.

Si vous n'avez pas de trépied, sachez qu'il est tout à fait possible de poser votre appareil photo sur un support naturel (rocher, muret, sol, etc...) et d'obtenir le même résultat, tant que votre matériel est parfaitement immobile au moment de déclencher.

Vous aurez forcément moins de liberté au niveau du cadrage et de la composition, mais cela vous permettra de tester la technique de la pose longue, sans investir dans un trépied.


Le filtre ND (optionnel)

Les filtres ND sont des objets que l'on visse devant la lentille de l'objectif, afin de laisser passer moins de lumière dans l'objectif.

Ils sont fait de verres plus ou moins opaques et leur but est bien évidemment de pouvoir diminuer énormément la vitesse d'obturation, même en plein jour.

A noter qu'il en existe de différentes puissances et qu'il faudra acheter un modèle pour chaque objectif que vous possédez, puisque le diamètre du filtre dépend de celui de la lentille frontale de vos cailloux.

[INFO COMPLÉMENTAIRE]

Quel(s) filtre(s) ND acheter ?

Si vous êtes intéressé par l'achat d'un filtre ND, privilégiez les marques de qualité qui ont fait leurs preuves, comme Hoya, car les filtres bas de gamme vous feront perdre beaucoup de qualité d'image.

Filtre ND Hoya

Malheureusement, les filtres ND compatibles avec de gros téléobjectifs spécialisés pour la photographie animalière coûtent très cher, car ils sont généralement de très grand diamètre, faisant rapidement monter le prix de l'objet.

C'est donc pour cela que, pour cette technique je préfère ne pas utiliser de filtre (je vous montre comment faire dans la deuxième partie de l'article).

Néanmoins, si vous avez les moyens ou l'envie d'investir, sachez que l'utilisation d'un filtre ND rendra cette technique beaucoup plus facile à utiliser et vous pourrez même la réaliser en plein soleil.


Les conditions NÉCESSAIRES pour faire une pose longue

Faire une pose longue ne demande pas forcément de matériel en particulier comme nous venons de le voir, mais va cependant nécéssiter de réunir plusieurs conditions pour réussir vos photos.

Voici la liste des critères à prendre en compte si vous voulez vous y frotter :

  • Les conditions lumineuses
  • Le débit de l'eau
  • Le sujet photographié
  • Les réglages utilisés (voir chapitre suivant)
cloudy day

Le temps parfait pour faire une pose longue sans filtre ND !

Les conditions lumineuses

Nous l'avons vu en début d'article, la pose longue nécessite une vitesse d'obturation très lente, afin d'obtenir un effet de filé sur l'eau.

Oubliez donc les journées ensoleillées ou avec des éclaircies passagères, car ce sera techniquement impossible d'utiliser une vitesse lente sans l'ajout d'un filtre ND.

Au contraire, optez pour des journées bien nuageuses et allez même jusqu'à photographier en fin de journée nuageuse, afin d'avoir une amplitude de réglages beaucoup plus importante.

La lumière sera alors très uniforme, ce qui sera parfait pour obtenir de belles nuances de blancs et de bleus sur l'eau lissée.

Pour une fois en photographie animalière, moins il y aura de lumière, mieux ce sera pour faire une pose longue, alors profitez-en !


Adrien Coquelle
Adrien Coquelle

Le débit de l'eau

Le deuxième paramètre important à prendre en compte est la vitesse de l'eau à l'endroit où vous photographiez.

En effet, à une vitesse d'obturation donnée, plus le débit de l'eau sera important, plus elle aura un aspect lisse et cotonneux. 

Privilégiez donc les endroits où le débit est très important, avec beaucoup de remous, ce qui vous permettra de conserver des vitesses raisonnables.

En effet, vous vous assurerez ainsi de pouvoir garder une vitesse d'obturation assez élevée pour figer le mouvement du sujet photographié, tout en conservant cet aspect très lisse sur l'eau.

Cincle plongeur

Le cincle plongeur adore pêcher dans les rivières rapides, propices aux poses longues. Pourtant ce sujet est beaucoup trop mobile pour obtenir ce genre de rendu, comme vous allez le voir dans la suite de l'article.

Le sujet photographié

Dernier point et peut-être le plus important : le choix du sujet.

En effet, en pose longue de photographie animalière, le but est d'utiliser une vitesse d’obturation suffisamment lente pour lisser l'eau, mais suffisamment rapide pour figer l'animal.

Ce paramètre peut rapidement devenir un casse-tête sur des sujets un peu trop gigotants comme le cincle plongeur, et va donc limiter énormément le nombre de sujets possibles, puisqu'il sera très difficile de figer le mouvement d'animaux très mobiles.

Mouette rieuse

A 1/13s, le moindre déplacement du sujet provoquera beaucoup de flou de mouvement, comme ici avec la patte de cette mouette, qui a légèrement bougé au moment de déclencher.

Oubliez donc les oiseaux très rapides, tels que le martin-pêcheur ou les bergeronnettes, et privilégiez les animaux pratiquant ce qu'on appelle une pêche d'attente.

Ces oiseaux peuvent passer plusieurs secondes, voir minutes, complètement immobiles, à l'affût de la moindre nageoire, ce qui dans notre cas augmente grandement nos chances d'obtenir un sujet net.

Pensez également aux oiseaux qui ont l'habitude de se reposer immobiles, comme les flamants roses, qui peuvent passer de longues minutes complètement statiques.

Voici une liste non exhaustive de sujets possibles en pose longue :

  • Tous les oiseaux pratiquant une pêche d'attente : hérons, aigrettes, mouettes, etc...
  • Les cormorans se séchant les ailes
  • Les flamants roses au repos
  • Etc...

cas concret : L'aigrette garzette en pose longue

Les conditions de prise de vue

Cela faisait plusieurs sorties que je pouvais observer quelques aigrettes garzettes se poser sur un canal près de chez moi, à l'affût de la moindre nageoire à attraper.

A cet endroit en particulier, une barrière de rocher permet à l'eau d'avoir un débit très important, puisqu'une cassure se forme naturellement, provoquant de nombreux remous sur la surface.

Cette situation est donc parfaite pour les aigrettes, qui peuvent se poser en plein milieu du canal et venir manger quelques petits poissons pris dans le courant, devenant ainsi des proies très faciles à attraper.

Canal prise de vue

Après plusieurs observations, je me suis vite rendu compte qu'un rocher en particulier était nettement plus visité que les autres par les oiseaux.

Cette configuration est donc parfaite pour moi travailler sereinement ma composition, puisque je savais qu'il me fallait juste attendre suffisament longtemps pour voir arriver une belle aigrette à cet endroit très précis.

De plus, l'avantage de ce rocher, comme vous pouvez le voir sur les photos, est qu'il est assez isolé du reste du décor, proposant ainsi un arrière-plan intéréssant, puisque seule l'eau apparaîtra en fond sur la photo.

Au niveau des conditions lumineuses, je suis en fin de journée et le ciel est nuageux, ce qui me permet de ne pas utiliser de filtre ND.

Bref, tous les éléments sont réunis pour faire de belles photos et c'est assez rapidement que l'idée de faire une pose longue a germé dans mon esprit.

Trépied posé, composition bloquée, il n'y a plus qu'à attendre !

Les réglages utilisés

Tout ce travail d'observation m'a donc permis de peaufiner mes réglages à l'avance, puisque je savais exactement à quel endroit allaient se poser les aigrettes, rendant la prise de vue beaucoup plus simple.

Comme je ne possède pas de filtre ND sur mon Sigma 150-600mm, les ISO sont forcément mis au plus bas, à savoir 100 ISO, afin d'avoir le moins de lumière possible.

Malheureusement, malgré le fait que je sois en fin de journée nuageuse, ma vitesse d'obturation est encore beaucoup trop rapide, car trop de lumière atteint encore le capteur de mon appareil photo.

Ici pas le choix, il va donc falloir beaucoup fermer le diaphragme pour réduire la quantité de lumière, mais comme je travaille en mode priorité à l'ouverture et que mes ISO sont fixes, cela a pour conséquence de diminuer ma vitesse d'obturation, ce qui est l'effet recherché ici.

Je prends donc le temps de fermer au fur et à mesure mon diaphragme et de faire plusieurs essais afin de trouver le bon équilibre entre effet recherché et vitesse raisonnable pour figer mon sujet.

1/100s

1/100s

1/10s

1/10s

1/5s

1/5s

On peut constater sur ces trois photos qu'une vitesse de 1/100s n'est vraiment pas assez lente pour obtenir une surface bien lisse et qu'il faut donc plutôt descendre entre 1/10s et 1/5s pour obtenir le résultat souhaité.

Après plusieurs essais, ma préférence en terme de rendu sur l'eau se porte sur 1/5s, mais le risque d'obtenir du flou de mouvement étant important, je testerai également le 1/10s en fonction du sujet.

De plus, à 1/5s le diaphragme se retrouve fermé à une valeur de f/13, ce qui me permet d'éviter d'avoir trop de diffraction, ce qui est idéal.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

L'ouverture du diaphragme

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces pour comprendre et utiliser au mieux l'ouverture du diaphragme

Si chez vous vous avez encore trop de lumière et que vous n'arrivez pas à obtenir une vitesse suffisament lente, n'hésitez pas à fermer encore plus le diaphragme, quitte à le fermer complètement.

En effet, il vaut mieux avoir une photo avec quelques défauts optiques, plutôt que pas de photo du tout !

Vous pouvez également utiliser le correcteur d'exposition, en sur-exposant légèrement, ce qui vous permettra de gagner quelques dixièmes de secondes supplémentaires, ou bien passez en mode manuel pour avoir plus de liberté au niveau des réglages.


Menu rapide Canon

L'utilisation du retardateur

Voici un autre réglage très utile et qui vous permettra également de diminuer le risque de flou de bougé, voir carrément de l'annuler complètement.

Pourquoi ? Car au moment d'appuyer sur le déclencheur, la pression de votre doigt va créer des micro-mouvements de l'appareil, provoquant ainsi du flou sur vos images.

Le fait d'utiliser un retardateur va donc pouvoir annuler ces tremblements parasites, puisque l'appareil va se re-stabiliser pendant les quelques secondes qui séparent le moment où vous appuyer sur le déclencheur et celui où la photo est prise.

Aigrette garzette
Aigrette garzette
Aigrette garzette

Après plusieurs essais, je décide d'utiliser une balance des blancs plus froide pour obtenir un effet plus bleuté, ainsi que de dézoomer légèrement pour intégrer un peu plus d'eau dans l'image

Cependant, vous verrez qu'en utilisant cette technique vous obtiendrez beaucoup de déchets, puisqu'il faudra anticiper le moment où votre sujet sera parfaitement immobile, mais c'est le seul moyen de s'assurer d'éviter à 100% le flou de bougé.

Afin de limiter le nombre de ratés, j'utilise pour ma part un retardateur de 2 secondes tout en faisant attention de ne pas appuyer trop brusquement sur le déclencheur.


La photo tant attendue

Au final, il m'aura fallut plusieurs jours d'affût pour obtenir la photo tant espérée, puisque aucune aigrette n'a décidé de montrer le bout de son bec le premier jour de ma prise de vue.

C'est donc après plusieurs tentatives que j'ai eu la chance de voir un soir une magnifique aigrette garzette faire plusieurs allers-retours sur le rocher, me laissant quelques minutes de "tir" pour obtenir la photo tant attendue.

Mais heureusement, l'attente en valait le coup !

Aigrette garzette pose longue

Canon 7D + Sigma 150-600mm. 388mm, f/13, 1/5s, ISO 100


Le développement photo

Comme une photographie n'est jamais terminée avant de passer en développement, voici un tutoriel Lightroom complet de la retouche de cette aigrette garzette prise en pose longue.

Nous verrons comment rattraper un manque  de piqué sur le sujet dû à une vitesse d'obturation trop lente, grâce notamment aux nombreux outils de dévelomment locaux que propose Lightroom.

Pour terminer, un travail colorimétrique léger a également été appliqué sur Photoshop pour obtenir un peu plus de nuances et de variation dans les couleurs.


Conclusion sur la pose longue en photo animalière

Comme vous pouvez le constater avec cet article, la pose longue en photographie animalière est une technique accessible sans matériel spécifique, mais qui nécessite cependant quelques précautions et une réflexion en amont, au risque de se rater complètement.

Prenez donc bien le temps de mettre en pratique mes conseils et surtout ne vous découragez pas si vous n'arrivez pas à obtenir de bons résultats, car cette technique demande beaucoup de patience et de (très) nombreux ratés.

Pour preuve et pour terminer ce billet, voici les 4 autres photos plus ou moins exploitables que j'ai réussies à obtenir lors de cette séance, qui aura duré plus d'une heure, pour plus de 200 déclenchements.

Bonne pose longue à tous !

Votez pour cet article :

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (29 votes, moyenne : 4,45 / 5)
Loading...
Pose Longue
Pose Longue
Pose Longue
Pose Longue

Comment faire une pause longue en photographie animalière

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !


  • didier dit :

    Bonjour Adrien,
    Pose longue en animalier, il fallait y penser. Il est vrai que les sujets doivent être bien choisi au risque d’échec. Je vais m’essayé a cette technique qui artistiquement peux donner d’excellents résultats. Merci pour cet article.

  • Merci pour ton article, l’attente valait le coup 🙂
    tu parles du retardateur, mais il est aussi d’utiliser un déclencheur ! Non ?
    Un simple filaire coûte dans les 6 euro et évite tout mouvement au moment du déclenchement et règle le problème de l’anticipation sur un mouvement du sujet dans les deux seconds du retardateur .

  • Jean Paul dit :

    Bonjour Adrien.
    C’est un article très passionnant, intéressant et instructif, je fais de la photo animalière en petit amateur et cela me donne des idées. Dans ton article tu ne parle pas de la possibilité d’utiliser, pour éviter le flou du bougé, le déclencheur à distance ou encore la possibilité d’utiliser le mode live view ou miroir relevé qui avec le déclencheur à distance évite les vibrations du miroir en se relevant et du bougé en appuyant sur le déclencheur. Peut-être qu’il y a une raison mais je ne vois pas laquelle, peut-être le coût si l’on veut resté sobre dans la dépense ? On pourrai aussi je pense associer le retardateur et le miroir relevé.Personnellement je n’ai pas encore testé ces possibilités sauf l’association lieve view et déclencheur à distance. J’ai un Nikon D500 avec un 150/600 Tamron pour l’animalier et c’est en lisant la notice de l’appareil et le livre de Vincent Lambert que j’ai eu l’idée d’essayer pour le moment, c’est très récent, sans véritablement de résultats satisfaisant à 100% pour moi mais c’est que le début.
    Encore merci pour ce super article.

  • Serge dit :

    Jamais tenté la pose longue en animalier, ton article donne envie d’essayer.
    Merci pour tes explications claires et détaillées, elles sont toujours une source de découverte.

  • Jack dit :

    Comme d’habitude, un article très utile et bien fait, car il donne des idées pour varier ses techniques. Juste une remarque: il est possible d’avoir un seul filtre ND correspondant au plus gros diamètre de nos objectifs (77 mm en ce qui me concerne) et d’utiliser une bague adaptatrice réductrice (pour par exemple passer à 58 mm) pour un coût moindre et pour pouvoir l’utiliser avec d’autres objectifs. Sinon, je crains que l’utilisation d’un filtre ND, multipliant le temps de pose (par 6 avec ND 64 et par 10 avec ND 1000), rende difficile l’absence de flou sur l’animal (même si on ouvre plus le diaphragme). Quel est ton avis et celui des autres. Cordialement

  • Fabrice dit :

    Trop bon , y as plus cas essayé le rendu est top merci

  • >
    68 Partages
    Partagez68
    Enregistrer
    Tweetez