9 astuces pour éviter le flou de mouvement

Ne vous est-il pas déjà arrivé d’être en sortie photo, vous tenez dans votre œilleton un magnifique lion de 150 kg posté à 20 mètres, en plein bâillement, tous poils au vent, avec la lumière dorée du coucher de soleil atypique de la savane kényane qui souligne son magnifique pelage… CLIC ! Cette fois ça y est, vous tenez la photo du siècle, le constat sur votre écran LCD est sans appel : elle est PARFAITE, à vous le premier prix à Montier en Der ! Une fois rentré à la maison, vous foncez sur votre ordinateur sans même prendre la peine de passer aux toilettes, pas le temps pour les futilités, il faut que vous la voyiez tout de suite, maintenant, il le faut, elle vous hante depuis 1h !! Et là, immense déception, vous constatez que votre photo est floue, vous êtes au bord du suicide photographique… Que s’est-il passé ? Problème de mise au point ? Matériel pas assez performant ? Que nenni ! Dans 99% des cas, ce problème de netteté est entièrement de la faute du photographe, et porte le doux nom de flou de mouvement… Heureusement pour vous, Pose Nature dresse aujourd’hui différentes astuces pour se débarrasser de ce flou et ainsi rendre vos photos plus nettes.
 
 
NB: Il est important de signaler qu’il existe 2 types de flou de bougé :
– Le photographe bouge trop lors du déclenchement
– Le sujet que vous photographiez se déplace trop rapidement
 
 
 

1/  De la bonne façon, ton appareil, tu tiendras

La base de la base ! Car oui, il existe une manière particulière de bien tenir son appareil photo et ainsi limiter les tremblements de vos mains et bras. Voilà comment faire (pour ceux disposant d’un appareil pour gaucher, inversez le sens bien évidemment) :
 
  • Tenez fermement la poignée de votre boîtier avec votre main droite
  • Posez votre main gauche sous l’objectif de façon à former un socle
  • Positionnez votre pouce et votre index autour de la bague de zoom ou de mise au point
  • Plaquez vos bras contre votre thorax
  • Décalez légèrement vos jambes (une en avant, une en arrière) pour avoir un bon appui sur le sol
  • CLIC !

 

Bien tenir son appareil photo
Ressource: Candid Town Photography

 

2/ Ta respiration, tu retiendras

Vous n’en avez probablement pas conscience, mais votre corps est constamment en mouvement ! Ceci est principalement dû à deux phénomènes naturels : la respiration et le battement de votre cœur. Rassurez-vous, nous n’allons pas vous demander de vous provoquer une crise cardiaque pour pouvoir obtenir un cliché net d’un papillon ! Mais retenir votre respiration est facilement contrôlable : quelques secondes avant d’appuyer sur le déclencheur, bloquez votre respiration et concentrez-vous pour ne pas bouger, déclenchez et expirez tranquillement.
En déclenchant de cette façon, cela peut vous permettre de vous débarrasser des tremblements parasites de votre corps, et ainsi gagner quelques précieux dixièmes de secondes d’obturation qui feront la différence.
 
A noter également que cette technique est très utilisée en macrophotographie pour bien réussir sa mise au point, où le moindre écart peut mettre votre sujet complètement dans le flou…
 
 
 

3/ En vitesse d’obturation, tu monteras

Nous parlons ici d’une solution pour régler le problème de flou non pas dû a un mauvais déclenchement du photographe, mais à un mouvement trop rapide de votre sujet. Hé oui, un guépard qui joue à chat avec une antilope sauvage en plein soleil de 14h, ça va vite… Et pour fixer son mouvement il n’y a pas 36 solutions : il va falloir augmenter la vitesse d’obturation ! Oubliez les 1/50s et autres 1/100s à réserver pour votre chat domestique faisant la sieste, et sortez l’artillerie lourde : 1/800s (et plus si affinités) !!
 
 
 

4/En ISO, tu monteras

Vous photographiez un lièvre en pleine course tôt le matin ou tard le soir quand la lumière est rasante. Tout naturellement, vous suivez notre conseil précédent et augmentez significativement la vitesse d’obturation pour figer son mouvement…CLIC ! Le lièvre est net, certes, mais la photo est sombre, très sombre !! Pourquoi ? Tout simplement parce que le fait d’augmenter la vitesse laisse passer beaucoup moins de lumière sur votre capteur. Optez donc pour une sensibilité ISO plus élevée, et vous pourrez alors bénéficier d’une photo nette ET bien exposée, c’est aussi simple que cela !
 
Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Les lignes directrices : comment mieux composer en photographie

 

5/ Les supports naturels, tu utiliseras

Observez bien le lieu sur lequel vous êtes en train de photographier, la plupart du temps il est possible d’utiliser des éléments du décor pour se stabiliser ou pour poser son appareil. Tandis qu’un muret ou même le sol permettra de poser votre appareil, un arbre sera parfait pour vous accouder dessus et ainsi rester bien immobile au moment de déclencher.
 
Une photo en directe de nos dernières vacances dans le parc régional des boucles de la Seine !
Une photo en directe de nos dernières vacances dans le parc régional des boucles de la Seine !
 

6/ Ton meilleur ami le trépied, tu utiliseras

qumox-q666c-trepied-en-fibre-de-carbone-monopode-k Quand aucun support naturel n’est présent sur votre spot favori, la meilleure façon de stabiliser votre appareil reste bien évidemment d’utiliser un trépied. Très encombrant en macro (encore que quelques-uns des meilleurs photographes macro que nous connaissons ne jurent que par son utilisation), celui-ci est très utile en paysage pour avoir une netteté maximale sur toute la profondeur, et il devient rapidement indispensable en photographie animalière afin de figer le mouvement des animaux (et pour soulager votre dos, car 2kg le 150-600mm ça pèse, il faut l’avouer…). Un monopode est également un accessoire très pratique pour stabiliser son appareil, et beaucoup plus maniable qu’un trépied.
 
 Mode liveview

7/ En pose longue, le miroir, tu remonteras

 
Même posé sur un trépied, votre appareil peut légèrement subir des secousses suite à la remontée du miroir lors du déclenchement. Pour retirer ces derniers mouvements parasites, la plupart des constructeurs proposent de pouvoir relever le miroir avant le déclenchement. Nous vous conseillons donc de vous référer à la notice de votre boîtier pour savoir comment activer cette option, chaque marque ayant son propre fonctionnement…
 

8/ Le portefeuille, tu craqueras

 
La stabilisation optique ça vous parle ? Voyons ce que notre ami Wiki a à nous dire là-dessus:
 
La stabilisation optique consiste à stabiliser l’image enregistrée en variant le chemin optique vers la surface sensible. Cette technique est implémentée au niveau de l’objectif ou, en photographie numérique, du capteur. L’image projetée est stabilisée avant l’impression de la surface.
Nikon et Canon et diverses autres marques dont Panasonic et Sigma recourent à une lentille flottante qui se déplace orthogonalement à l’axe optique de l’objectif, à l’aide d’électroaimants. Les vibrations sont détectées par deux gyromètres piézoélectriques détectant respectivement les mouvements horizontaux et verticaux. Ce système ne peut corriger que les mouvements latéraux et verticaux, et non les mouvements longitudinaux, autour de l’axe optique.
 
En gros (EN TRES GROS), tu CLIC, et l’image est nette. C’est magique ! Magique ? Pas tout à fait…Car en réalité ce système ne fera pas non plus de miracles et ne remplacera jamais une bonne maîtrise de votre matériel et des quelques conseils prodigués par votre média préféré : Pose Nature (allez hop, petit coup de molette vers le haut pour les plus dissipés !) 
 
Malheureusement, cette avancée technique a un coût, et peut presque faire doubler le prix de l’objectif. Par exemple, le 100mm f/2.8 macro de chez Canon coûte environ 500 euros, tandis que sa version stabilisée peut atteindre la modique somme de 1000 euros chez certains revendeurs (bon avec d’autres ajouts, certes, mais quand même…). Est-ce que la stabilisation vaut le coût de manger des coquillettes pendant 3 semaines ?  P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non ! Oui, chez Pose Nature, on aime bien se mouiller… ^^
 

9/ En dernier recours, le dieu Photoshop, tu prieras

 
Si malgré tous nos conseils les moustaches de votre lion sont encore floues, et que vous voulez essayer de sauver la photo coûte que coûte, il existe un dernier espoir, une option merveilleuse disponible dans Photoshop depuis plusieurs versions : la réduction de tremblement !
 
Voici la méthode à suivre :
 
  • Importez votre photo dans Photoshop
  • Allez dans le menu Filtre> Renforcement>Réduire tremblement…
  • Laissez les paramètres par défaut, ce sont ceux qui fonctionnent le mieux dans 90% des cas
  • Validez l’effet
 
Vous vous en doutez, cet effet ne fera pas non plus des miracles sur une photo trop floue… Mais ça vaut le coût d’essayer de temps en temps, et peut sauver une photo légèrement floue.
Pour tout savoir sur la réduction de tremblement et son paramétrage je vous invite à regarde ce tutoriel vidéo.
 
  • GoBois64 dit :

    Je viens de relire ton judicieux article qui nous rappelle bien les bases afin d’éviter les photos floues. Concernant la stabilité de l’APN parfois je la renforce en fixant un petit trépied style joby sous le boitier et je me sers de la flexibilité des pattes pour les moduler afin qu’elles appuient bien sur mon torse, j’évite ainsi -enfin j’espère- quelques mouvements incontrôlés 🙂
    Bonne continuation !

  • GoBois64 dit :

    Ce n’est pas exactement un Joby mais un Silver Crest acheté à Lidl et offert par une copine. Les pattes ont 20cm de long et en effet elles me permettent un appui supplémentaire et en plus c’est tout léger.