7 questions à se poser avant de débuter en photographie de Nature

Vous avez envie de photographier la nature et les animaux et vous ne savez pas par où commencer ? Vous avez peur de faire un mauvais choix et de regretter l’achat d’un objectif photo ?

Pas de panique, tous les débutants sont passés par là, c’est tout à fait normal.

Débuter en photographie de Nature n’est pas évident, mais aujourd’hui je vous propose de répondre aux 7 questions qu’il est important de se poser lorsque l’on commence !

Ou comment éviter pas mal de soucis en cours de route…


1. Quel appareil photo acheter avant de débuter ?

Car oui, pour faire de la photographie il faut obligatoirement avoir dans les mains… un appareil photo !

Le choix d’un premier boîtier est toujours une opération délicate pour le débutant en photographie qui n’y connait rien et se retrouve vite perdu devant plein de termes techniques.

De plus, le domaine de la photographie de Nature regroupe en vérité plusieurs catégories, aussi complexes les unes que les autres : la photographie animalière, la macrophotographie, la proxiphotographie et la photographie de paysage.

Et comme on ne photographie absolument pas de la même façon un guépard sauvage et une coccinelle, il va falloir utiliser du matériel très polyvalent afin de pouvoir s’adapter à une très grande variété de situations.

Canon 7D

N’espérez pas photographier un renard sauvage sans un Reflex numérique et un bon objectif spécialisé pour la photographie animalière…

Canon 7D

Ni un héron sauvage, un oiseau emblématique de la photographie animalière mais réputé comme étant très sauvage et farouche

Et pour réussir cela, vous n’avez pas le choix, il faut obligatoirement choisir des appareils photos à objectifs interchangeables : hybrides ou reflex sont vos nouveaux meilleurs amis !

Bien qu’il soit tout à fait possible de s’initier et de s’amuser en photographie de Nature avec un compact ou un bridge, je ne vous conseille absolument pas ces catégories d’appareils, car vous vous retrouverez très rapidement limité dans votre passion et vous regretterez votre achat, croyez-moi (même si les prix sont beaucoup plus tentants).

Pour le modèle, privilégiez un appareil solide et réactif, possédant un autofocus suffisamment performant pour suivre facilement les animaux en mouvement.

Il existe des dizaines et des dizaines de modèles différents, impossible pour moi de tous vous les décrire, je vous invite donc à lire plusieurs tests sur internet avant de faire votre achat. 

Sigma 150-600 mm

Si vous avez les moyens de vous faire plaisir, je vous conseille le Nikon D500 ainsi que le Canon 7D Mark II, deux boîtiers très réputés pour la photographie animalière. 

Mais si vous n’avez pas un gros budget, pas de panique, car la plupart des modèles récents sont suffisamment performants pour se faire plaisir pendant un petit moment

Gardez simplement en tête qu’il vaut mieux investir dans de bons objectifs photos, qui vous serviront très longtemps, plutôt que dans un boîtier dernier cri qui sera rapidement dépassé par la technologie.

Taille du capteur

2. Acheter un plein format ou un aps-c ?

Un article complet leur sera consacré, mais sachez qu’il existe deux types de capteurs sur les hybrides et les reflex.

Les capteurs dits “plein format” ont une dimension physique de 24×36 mm (comme les dimensions d’un négatif argentique), tandis que les capteurs dits “APS-C” sont plus petits.

Cette différence de taille de capteur va avoir un impact significatif sur la longueur focale “perçue” de votre objectif.

En effet, pour une focale identique, le champ de vision est plus grand pour le plein format que pour l’APS-C : on parle de coefficient multiplicateur (environ x 1.6 chez Canon et x 1.5 chez Nikon, Sony et Pentax).

Plein-format-vs-APS

Dans la pratique, cela signifie qu’un 300 mm monté sur un APS-C de chez Canon donnera “l’impression” de photographier avec un 480 mm (300 x 1.6=480), car le cadrage sera plus serré que sur un plein format.

Et quand on sait que l’on cherche à avoir la plus grande focale possible en animalier…

Mais attention si vous souhaitez faire du paysage, car un 18 mm donnera un 29 mm sur APS-C, vous aurez donc moins d’éléments sur la photo qu’avec un plein format, ce qui peut être considéré comme dérangeant en photos de paysages…

Vous l’aurez compris, le choix de l’appareil dépendra donc surtout de vos envies et de votre façon de photographier, car chaque capteur a ses avantages et ses défauts, comme nous allons le voir.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

La sensibilité ISO : comprendre son fonctionnement

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces pour utiliser au mieux la sensibilité ISO

Miniature_Sensibilité ISO

Quel est l'avantage des pleins format ?

Ils résistent beaucoup mieux au bruit numérique et permettent donc de monter plus haut dans les ISO, un atout intéressant pour photographier en sous-bois ou en conditions de lumière difficile.

Le viseur optique (où vous mettez l’œil) est également plus grand sur plein format, ce qui améliore grandement le confort d’utilisation, surtout si vous avez des problèmes de vue.

La qualité d’image est généralement meilleure que sur les APS-C, mais du coup la différence de prix se fait très vite sentir, puisqu’un appareil plein format est beaucoup plus cher.

Dernier avantage : le flou de la profondeur de champ (le bokeh) est beaucoup plus harmonieux et doux sur un plein format, ce qui peut être très intéressant si vous cherchez l’esthétisme avant tout.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

La profondeur de champ : comment obtenir de beaux bokeh

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces pour obtenir de beaux bokeh sur vos photographies

Miniature_Profondeur de champ

Quel est l'avantage des aps-c ?

Ils permettent d’obtenir des zooms beaucoup plus importants et sont donc très intéressants pour photographier les animaux très craintifs (car il faut moins s’approcher de l’animal qu’avec un plein format pour obtenir un cadrage équivalent).

Ils sont également moins chers que les pleins format, ce qui permet de mieux faire passer la facture quand on débute.

Canon 7D

Le Canon 7D, une référence en APS-C et mon fidèle compagnon depuis des années.


3. quel(s) objectifs utiliser en photo nature ?

Ici, tout dépendra de vos envies, de votre pratique et de vos conditions de prise de vue.

Car, comme je l’ai dit au début de cet article, on n’utilise pas du tout le même objectif pour photographier un insecte, un lac de montagne ou un grand prédateur.

Voici donc quelques critères à prendre en compte avant tout achat :

  • Le type de sujet que vous souhaitez prendre en photo : minuscule insecte, lac immense, rouge-gorge du jardin ou grand cerf sauvage ?
  • L’endroit où vous habitez : ville, montagne ou campagne ?
  • Votre budget : même si beaucoup vous diront que le matériel ne fait pas le photographe, avoir un gros budget aide quand même beaucoup…
Quel objectif choisir

Le type de sujets que vous souhaitez prendre en photo

Le marché des objectifs grand public s’étale (environ) de 10 à 600 mm, décomposable (en gros) en trois grandes parties pour nous photographes de Nature.

Les objectifs en dessous de 40 mm sont appelés les “grand angles” et sont principalement utilisés pour le paysage, car ils permettent d’inclure énormément d’éléments sur la photo.

La plage s’étalant de 40 mm à environ 80-90 mm correspond aux “standards”. Ce sont des objectifs polyvalents, qui permettent de faire des photos variées (portraits, reportages, photographie de rue, etc…), mais qui sont généralement boudés par le photographe de Nature, n’étant pas assez spécialisés pour notre pratique.

Au dessus, nous rentrons dans la catégorie des “téléobjectifs”, permettant de prendre des gros plans (macrophotographie avec un objectif spécialisé ou proxiphotographie) ou des plans serrés d’éléments très éloignés (animaux).

Focal-Length-Field-of-view

Vous l’aurez compris, si vous avez envie de vous essayer à tous les domaines de la photographie de Nature, il va falloir investir dans plusieurs objectifs, car un seul ne sera pas suffisant pour couvrir toutes les plages de focales nécessaires.

Voici, à titre d’exemple, mon propre matériel, qui me permet de m’adapter à énormément de situations :

Sigma 150-600mm

Sigma 150-600mm Contemporary. Cliquez ici pour lire mon test complet de cet objectif emblématique.

sigma_18_35mm_f1_8_dc_hsm

Sigma 18-35mm Art

ef_100mm_f2-8l_is_usm_macro_1

Canon 100mm Macro L. Cliquez ici pour lire mon test.


L'endroit où vous habitez

Si vous habitez en ville et que vous souhaitez immortaliser les oiseaux de votre jardin ou les animaux du parc à côté de chez vous (car oui, c’est possible de trouver plein d’espèces différentes en zone urbaine, même dans la capitale), alors le choix sera large et “facile” pour vous.

En effet, ces animaux ont, avec le temps, pris l’habitude de côtoyer les êtres humains et ont compris qu’ils n’étaient pas un danger pour eux.

Cette situation permet donc d’approcher de très près des espèces qui, à l’état complètement sauvage, seraient complètement inaccessibles sans un très bon affût ou une bonne technique d’approche.

Opter pour une focale de 300 mm environ sera donc largement suffisant et il est même tout à fait possible de faire des clichés d’animaux très peu craintifs (canards, cygnes, ragondins, etc…) à 100 ou 150 mm.

Bien évidemment rien ne vous empêche d’aller au dessus des 300 mm si vous voulez vous simplifier la vie.

Canon 300mm f/2.8

Canon 300 mm f/4, un objectif emblématique et très polyvalent, idéal pour la photographie animalière.

Si vous habitez en plein milieu de la campagne, alors la tâche sera beaucoup plus compliquée pour vous malheureusement.

En effet, dans ces milieux très sauvages, les animaux ne sont pas du tout habitués à la présence de l’Homme et la moindre silhouette suspecte les fera fuir.

Opter pour une très longue focale sera alors indispensable si vous voulez éviter de rentrer chez vous avec la carte mémoire vide.

Une focale de 300 mm est vraiment un strict minimum et je vous conseille même de vous tourner plutôt vers des objectifs allant jusqu’à 400, 500, voir 600 mm, si votre budget vous le permet.

Photographie de chevreuil

Car, malheureusement, ces très longues focales coûtent excessivement cher et à moins que vous n’ayez 10 000 euros à investir, je vous invite très fortement à lire mon test du Sigma 150-600 mm qui est actuellement le meilleur rapport qualité/prix pour la photographie animalière grand public.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

Sigma 150-600 mm Contemporary : mon test complet

Découvrez dans cet article mon test complet de cet objectif animalier réalisé sur plus de 3 ans d'utilisation 

Sigma 150-600 mm_Miniature

Voici pour finir un tableau récapitulatif de tout ce que nous venons de voir et qui vous permettra de vous y retrouver un peu plus selon vos envies. 

Notez cependant que rien n’est gravé dans le marbre, puisqu’il est tout à fait possible de faire du paysage au 600 mm ou de l’animalier au grand angle, la créativité étant votre seule limite.

Avant tout chose, il est important de préciser pour les plus débutants d’entre vous la différence entre une focale fixe et un zoom.

Quel objectif choisir

Qu'est-ce qu'une focale fixe ?

Une focale fixe est un objectif qui ne permet pas de zoomer, tout simplement.

Cela signifie que si vous voulez zoomer ou changer votre cadrage, vous n’aurez pas le choix : il faudra vous déplacer !

Adrien Coquelle accueil

Qu'est-ce qu'un zoom ?

Un zoom est un objectif permettant de faire varier le cadrage à volonté tout en restant au même endroit, en tournant une bague qui va faire bouger les lentilles internes de l’objectif et ainsi faire varier champ de vision.

Ils sont très pratiques pour s’adapter rapidement à la situation et sont donc très appréciés des débutants.

En lisant ceci, vous allez me dire qu’il n’y a donc aucun intérêt à choisir une focale fixe si on a la possibilité de zoomer et de dézoomer à volonté avec un zoom.

Et bien ce n’est pas aussi simple que cela !

En effet, les focales fixes possèdent de nombreux avantages par rapport aux zooms :

  • La qualité optique est toujours supérieure sur une focale fixe, car elle possède beaucoup moins de lentilles internes qu’un zoom (c’est normal, vous voyez mieux à travers 3 vitres qu’à travers 9…)
  • Une focale fixe est beaucoup plus lumineuse qu’un zoom, car l’ouverture du diaphragme maximale est toujours plus importante. Un critère à prendre sérieusement en compte si vous comptez surtout photographier en sous-bois et/ou tôt le matin ou tard le soir.
  • Qui dit plus grande ouverture dit également une maîtrise beaucoup plus poussée de la profondeur de champ, un atout indéniable pour tout photographe cherchant à avoir une démarche créative et artistique.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

L'ouverture du diaphragme

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces pour comprendre et utiliser au mieux l'ouverture du diaphragme

Malheureusement, la qualité se paie très chère en photographie, puisqu’une très longue focale fixe, comme un 500 mm f/4 par exemple, peut atteindre des prix absolument exorbitants


5. Où trouver des animaux ?

Absolument partout, même dans les très grandes villes, du moment qu’il existe un bout de verdure et quelques arbres près de chez vous.

En macrophotographie, le moindre bout de jardin ou de buisson est susceptible d’abriter une très grande variété d’insectes, tandis qu’un parc public avec un petit plan d’eau accueillera sans soucis de très nombres espèces d’oiseaux ou de petits mammifères, tels que des ragondins ou des écureuils.

Connaître les habitudes des animaux et savoir observer la Nature sont la clé pour réussir à trouver des animaux facilement, donc n’hésitez pas à abuser des guides papiers. 

Il en existe pour à peu près toutes les espèces sur Amazon et ils vous seront d’une très grande aide dans vos recherches.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

Comment trouver des animaux

Découvrez dans cet article de nombreux conseils et astuces apprendre à trouver des animaux sauvages pour les prendre en photo.

Miniature_Comment trouver des animaux

6. a quel moment photographier ?

Il existe une croyance très fortement ancrée chez les débutants, qui pensent que pour réussir leurs photos, il est indispensable d’avoir un magnifique ciel bleu et un grand soleil haut dans le ciel.

En vérité, ces conditions climatiques sont la pire situation possible, puisque la lumière beaucoup trop dure du soleil créé de trop forts contrastes sur les photos (amis macrophotographes, pensez aux carapaces métalliques réfléchissantes des insectes…)

Malheureusement, je vois quotidiennement cette erreur sur les photos que m’envoient mes abonnés et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai conseillé à ces personnes de sortir faire de la photo tôt le matin et tard le soir, quand le soleil est bas dans le ciel.

Héron photographié au coucher de soleil

Outre le fait que les lumières sont beaucoup plus belles à ces moments là, l’aube et l’aurore sont également les périodes de la journée où les animaux sont le plus actifs et donc le plus facilement visibles (comme nous, ils aiment bien faire la sieste l’après-midi quand le soleil tape fort).

Mais si vous tenez absolument à faire de la photographie en pleine journée, ou que votre agenda ne vous permet pas de faire autrement, alors privilégiez les journées nuageuses ou bien partez en forêt afin de profiter de l’ombre des sous-bois.

En suivant suivant ces conseils, vos photos gagneront rapidement en qualité, croyez-moi.


7. Quels accessoires photos utiliser ?

Un bon trépied est quasi-indispensable en photographie de paysage et en photographie animalière, surtout si vous utilisez une focale très lourde.

Privilégiez un modèle léger et de préférence sans colonne centrale, qui peut se déplier jusqu’au raz du sol afin de pouvoir photographier les animaux très petits.

Un bon sac photo sera également rapidement indispensable pour transporter tout votre (lourd) matériel lorsque vous partez en session.

Optez pour un modèle assez compact, pouvant accueillir facilement une longue focale montée sur votre boîtier, un objectif macro et un grand angle.

camera-backpacks-flipside-400-awii-left-sq-lp37129-pww

Lowepro Flipside 400 AW et son ouverture par le dos

Je possède personnellement le Lowepro Flipside 400 AW, un modèle robuste possédant une ouverture par le dos, pratique pour éviter de se faire voler son matériel.

Si la macrophotographie vous intéresse et que vous n’avez pas les moyens d’investir dans un objectif spécialisé, voici une liste des différents accessoires à moins de 100 euros qui vous permettront de transformer n’importe quel objectif en objectif “macro”.

Un bon moyen pour tester la macro à moindre coût, avant d’investir dans un vrai objectif macro.

Prévoyez également une bonne tenue vestimentaire qui ne craint rien car vous devrez souvent vous allonger par terre.

Optez pour des vêtements simples, dans des teintes sombres/kaki pour passer au maximum inaperçu.

[ARTICLE COMPLÉMENTAIRE]

Test de la tente affût Tragopan V5

Découvrez dans cet article cette tente affût idéale pour passer de nombreuses heures au sec et à l'abri.

Miniature_Affut Tragopan v

La Concluson

D’autres accessoires existent bien évidemment et il m’est impossible de tous vous les citer dans cet article.

Mon dernier conseil sera de ne pas vous laisser avoir par le marketing, car de nombreux objets sont vraiment superflus (personnellement, je n’ai jamais ressenti le besoin d’acheter un flash externe, par exemple…).

Renseignez-vous donc bien avant chaque achat et surtout prenez le temps de bien réfléchir à ces questions : est-ce que cet outil m’est vraiment utile et va-t-il réellement me permettre de faire de meilleures images ?

Si vous aimez cet article n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux pour en faire profiter à d’autres personnes.

Bonnes photos à tous !

Votez pour cet article :

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

À votre tour :

 Racontez-nous en commentaire vos débuts en photographie animalière : avez-vous rencontrez des problèmes en particulier ? Quelles sont vos principales difficultés ?

leaving-comments-social-networks_1325-447

  • Paul dit :

    Bonjour,
    Je suis en train d’essayer un 100mm macro Canon et dans les essais que je viens de faire , je constate un effet de zoom quand je fais la mise au point à différents endroits d’une fleur en vue d’un focus stacking : vitesse 100, iso 200, distance autour de 30cm pour avoir le rapport 1/1 Canon 6d.
    Est-ce normal ?
    merci pour vos articles très intéressants.
    Cordialement
    Paul

    • Bonjour Paul,

      C’est un effet d’optique du changement de mise au point et de profondeur de champ qui donne cette impression de zoom, mais on est bien sur une focale fixe.
      Dans le cas d’un focus stacking, le logiciel que vous utilisez va bien empiler les photos comme il faut et il n’y aura pas de décalage (si vous utilisez bien un trépied pour prendre les photos).

      Merci beaucoup en tout cas 🙂

  • Karin dit :

    Un bon résumé Adrien.
    Je rajouterai un petit flacon avec du talc ou un lien de sac poubelle pour connaître la direction du vent, ainsi qu’une paire de gants camo ou sombre. Cela ne sert a rien d’avoir une tenue appropriees si les mains et la tête ne sont pas couvertes. Un sac poubelle dans sa poche pour s’assoir au sec ou proteger son materiel des intempéries et également utile.
    Bonnes photos.

    • Merci Karin pour ton message et pour ces infos complémentaires !

      Je ferai un article complet sur le camouflage et l’approche, là je voulais garder un article assez généraliste pour ne pas le surcharger (déjà qu’il est très long…) 🙂

  • Eugenia Mattenet dit :

    et quand on a une Nikon, quelle serait l’equivalent?

  • piret dit :

    Bonjour
    je cherche un renseignement sur les convecteur1.4
    j’ai un Nikon D5300 avec un Nikkor 18/140 DX VR. F/3.5/5.6G ED et un TAMRON SP 70/300 F/4/5.6 SP(VR)
    Pouvez-vous me dire si je peux monter un convecteur 1.4 sur mon boitier pour gagner en focale si oui combien je perds en lumière.
    merci de vos réponses
    bonne journée
    JLOUIS

  • zejmic dit :

    Bonjour

    Personnellement « nouveau » débutant photographe oiseaux (j’avais commencé au bon vieux temps de l’argentique, mais abandonné du fait du prix rédhibitoire des pellicules), j’ai opté récemment pour un Canon P900 avec son zoom avec focale équivalent jusque 2000 mm.
    J’en suis très content car outre son prix raisonnable (~550 €) il a (de mon point de vue) beaucoup d’avantages. Les principaux :
    – Evidemment sa focale… N’ayant pas encore la patience de rester des heures en affût, cela me permet de me promener et de faire des photos avec des oiseaux qui ne sont pas que des petits points sur la photo. Au besoin, il sert même de longue vue (à la grosse louche x15)
    – Ses stabilisateurs optiques. Même en plein zoom, les photos restent nettes même avec une lumière relativement faible, alors que le mode rafale me montre que je n’arrive pas souvent à ne pas bouger l’appareil. Donc pas de nécessité immédiate d’utiliser un trépied.

    Les principaux inconvénients (évidemment il y en a) :
    – Pas de fichiers RAW. Sans reprendre les arguments très clairement expliqués dans ton (excellent :=) ) blog, la compression JPEG, même en qualité supérieure, se fait (trop) sentir dès que l’on zoome un peu sur l’image, d’autant que le capteur n’est que de 16 Mo.
    – L’ouverture forcément réduite en plein zoom entraine une profondeur de champs très limitée et je me retrouve avec des oiseaux flous alors que les vagues deux mètres avant ou après sont, elles, très nettes (je ne sais pas pourquoi, mais moins motivé). Sur ce point, je ne désespère pas de trouver les bons réglages permettant d’avoir une proportion d’images plus nettes.
    – La luminosité dans le viseur (numérique) reste, elle aussi, assez faible.

    Mais malgré tout, cela me permet de me promener léger juste avec l’appareil et sans sac à dos.

    Je ne sais pas si un jour je me convertirais au réflexe, mais en attendant cela me va bien.

    Merci pour tous tes articles très intéressants

  • >
    9 Partages
    Partagez9
    Enregistrer
    Tweetez